REFLEXION

L’ALGERIE, LA CRISE, LE FMI, LA BANQUE MONDIALE ET L’OMC...

‘’Le libéralisme, c’est une doctrine qui pose en priorité que, dans un poulailler, les poulets sont totalement libres... tout comme le renard’’. Citation



Il parait vraisemblablement à travers les faits constatés, les discussions entamées et les analyses effectuées par les érudits en la matière et les politologues   que l’Algérie est en train  vraiment d’entrer de plein fouet  en période crise.
Depuis bien peu de temps,  « le temps  social » nous a habitués de causer sans trop de complexe de crises, de problèmes socio-économiques de politique et de ‘’boulitique’’. Des analyses s’opèrent subjectivement et  individuellement, basées  sur des références  de tous bords portant sur les origines des différentes sortes de marasmes.
 Nous nous sommes également forcées par la routine de notre inculture  d’essayer de déterminer les conséquences afin d’amoindrir notre conscience et se faire dire qu’on est connaisseur en la matière  sans vraiment l’être.
Tout cela, est bien beau, les medias (radios- tv- internet- journaux- revues -livres..) nous ont abreuvé de diagrammes en bâtonnets, circulaires en graphes  et courbes portant sur des statistiques et leur évaluation
Pour nous indiquer et nous expliquer selon leur vision, les tenants et aboutissants de cette situation économique sociale et politique,  pour enfin nous endormir de conclusions qui ne trouvent point d’ancrage sur le terrain. Par contre ils se sont bien défendus pour nous faire dire ou pour nous dire  que leur courant politique économique est dans la voie du salut merci  Madame  la rente, le désastre social est déjà  à deux doigts..
Pour le lambda algérien il ne s’agit  point de trop se gratter les méninges, ni philosopher, ni analyser, ni prendre tout au comptant.
Les « donnes » réelles sont bien simples et ils nous permettent de bien les palper et de les  voir  se manifester  sans pour autant être un monsieur versé dans le « domaine ».Nous entrons vif dans le « domaine » ;
La consommation chez nous, dépend de l’ampleur  et la disponibilité de la Rente .Cette fameuse rente fait fonctionner   le flux  dans un sens de « l’import- import ». Si ce flux se dévalorise ou se déprécie (prix et quantité baissent) c’est toute l’économie nationale   qui se grippe fortement  suivie avec toutes les conséquences désastreuses et   prévisibles.
Je me limite  à un produit stratégique dont l’effet d’entrainement porterait des risques  magmatiques, la consommation intérieure d’énergie soutenue par l’Etat, elle a pris une courbe ascendante, et dans un très proche avenir,  la part destinée à la consommation intérieure  provoquera une déformation certaine de la structure d’exportation dans le sens de la  diminution de l’exportation (diminution de la rente) au profit d’une augmentation de la demande interne. La dette extérieure serait certes, après assèchement des réserves de changes, un palliatif  mais ses tenants et aboutissants sont bien trop connus par l’Algérien lambda ( Bonjour Mister Plan d’Ajustement. Structurel= recette FMI et Banque Mondiale ; situation déjà vécue durant la décennie 90).
 Par ailleurs, le parc auto qui a subi une augmentation vertigineuse (import) consomme sans rationalité  une part très  importante de la  rente nationale (production de gaz et de pétrole).
Quant à nos marchés intérieurs de capitaux, de biens, de services, de main d’œuvre, monétaire, technologie  aucune structure en vue d’un équilibre  n’est en vue, ni envisagée  dans ces  marchés su- cités (inflation-chômage-bureaucratie-…) . Les mécanismes économiques ne fonctionnent pas selon des normes  d’équilibre   entre les différents  marchés et même à l’intérieur du marché lui-même.
‘’C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches’’. Victor Hugo
 Par ailleurs, une adhésion probable  à l’ OMC( Organisation Mondiale du Commerce)  tant décriée par nos décideurs ;  provoquera une hémorragie  dans nos marchés  ou l’effet d’entrainement des couts comparatifs ( théorie de Ricardo)détruirait le ciment de la classe social ou la classe moyenne chutera vers le fond du puits et ceux qui sont au fond du puits creuseront encore un autre double fond car la réalité des couts et l’ ouverture de tous les marchés plongerait le pays dans une crise insoluble, notre économie est dépendante des hydrocarbure( rente) et l’OMC a pour but principal de:
* la mise en place d’une procédure de déréglementation de tous les mécanismes  modulant la sphère économique.
* le libre échange  est d’essence idéologique donc il faut une économie capitaliste= un marché libre = concurrence (théorie d’Adam Smith division du travail –couts et marché).
*absence de barrières douanières sur les importations (Algérie pays musulman, APN a voté une motion pour l’interdiction des boissons alcoolisées que je sache ! ; résultat l’Algérie est devenue le plus grand importateur de boissons alcoolisées  )une maxime livrée par un canard algérien ; la quantité de bière importée en une année par l’ Algérie suffirait de remplir trois barrages…de bière !!!!
*les prix administrés ne seront plus envisageables, prix d’hydrocarbure, d’électricité, d’eau…, les prix alimentaires, pain, lait farine….
* notre économie (le peu d’industries existantes) n’est pas compétitive, la concurrence internationale  les dévore d’un seul trait sur son passage ( El Hallabas  des frontières vous expliquerons mieux  le système !).
*le protectionnisme protège quand il y a une production nationale.
* les subventions ont été tout le temps mal gérées et détournées de leur objet, car le seul bénéficiaire n’a jamais été le nécessiteux.
Si l’on regarde du côté de l’Amérique (exemple un peu trop utopique !) dans le marché des biens, la voiture n’est plus un symbole  mais une nécessité. Cette nécessité devenue  à force des choses,  quantifiable et donc pouvant être  rationalisée. Cette culture de la  rationalité américaine a permis de diminuer la consommation de carburant (en une dizaine d’années la consommation d’énergie a chuté de près  de 70%, par conséquent ; l’importation a diminué de ce taux et les capitaux financiers  n’ont pas subi une sortie importante ceci pour ce qui concerne un seul et unique  produit.
‘’Le libéralisme contemporain profite aux riches ; et à personne d'autre.’’ Gilbert Keith Chesterton (Poète et écrivain anglais)
En Algérie, le sens inverse se produit de plus belle, la croissance de la  demande interne  incite  fortement à augmenter l’importation  soit des sorties supplémentaires de capitaux et pour ceux qui nous procurent la rente ; la consommation augmente par une diminution de la rente et l’effet de la crise se profile  de plus beau.
Par conséquent, notre valeur ajoutée en dehors des hydrocarbures ne nous permet pas d’être digne d’un pays créateur de richesse, la faute, la responsabilité, l’inexactitude et l’incompétence   revient  à nos politicards autistes et infatués. Devant ce manquement la seule issue pour eux est ce libre échange  que l’OMC s’en chargerait  de mettre en place après les dévastations du FMI et la Banque Mondiale de la décennie noire.
 L’OMC nous dictera  exactement comme ce que le FMI  a déjà fait auparavant.
* une admonestation directe pour la « « Sonatrach » afin de cesser tout monopole et donc facile pour l’absorber.
* la défense sans limite du système privé au détriment de l’intérêt public.
*le libre-échange  avec des règles de jeux imposés par l’OMC au profit des détenteurs de capitaux.
* moins d’état et plus de privé dans toutes les sphères (économique-sociale-politique).
Enfin, la situation antérieur avec le FMI se reproduit cette fois ci autrement mais dans la même direction avec l’OMC et les dégâts de ce nouvel libre échange ne ferait point avancer le pays vers la prospérité.
Le marché de capitaux serait privatisé, le marché monétaire ne dépendrait plus de l’état, ……  le riche s’enrichi très bien et le pauvre s’appauvri très mal.
L’autisme des gouvernements successifs a banni  toute énergie partant du pacte du 1er Novembre  à aujourd’hui. Nos élites fonctionnaires sont devenues de simples carriéristes, nos élites élitistes sont hors du jeu et nos élites éloquentes sont trop  passives pour procéder à un éventuel changement.

Mohamed Benallal
Samedi 7 Juin 2014 - 10:43
Lu 489 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+