REFLEXION

TRIBUNAL DE SIDI M’HAMED : Le milliardaire Brahim Hasnaoui bientôt convoqué



Le milliardaire Brahim Hasnaoui, l’un des parrains de la richissime famille Hasnaoui originaire de Sidi Bel-Abbès, sera bientôt convoqué et interrogé par le tribunal de Sidi M’hamed à Alger sur le financement occulte de la campagne électorale pour le 5e mandat brigué par Abdelaziz Bouteflika avant sa chute le 2 avril 2019, a rapporté, hier, une source médiatique. Selon la source, Brahim Hasnaoui dirige les affaires prospères de la famille Hasnaroui depuis le décès de son frère ainé Okacha Hasnaoui, le patriarche de la famille, le 2 août 2019.  Okacha Hasnaoui faisait l’objet d’une interdiction de quitter le territoire national (ISTN) et était convoqué par la brigade de recherches de Bab Jedid de la gendarmerie nationale à propos de plusieurs dossiers de corruption et d’indus avantages dont il aurait bénéficié après avoir offert des largesses à plusieurs hauts responsables à l’image de ces deux villas prestigieuses offertes à Abdelghani Hamel et Said Bey, l’ex-chef de la deuxième région militaire en Algérie, révèle la même source. Aujourd’hui, la justice algérienne doit traiter le dossier de son frère Brahim qui est soupçonné d’avoir donné des pots-de-vin à plusieurs walis et dirigeants politiques pour faciliter les affaires de ses entreprises, a-t-on ajouté. Il est également cité dans des dossiers de détournement de fonciers dans les wilayas de Sidi Bel-Abbès et Oran avec la complicité des walis qui étaient en poste au moment des faits. Dans les jours à venir, le dossier des Hasnaoui promet des révélations explosives. Rappelons enfin que le groupe privé Hasnaoui est spécialisé dans les secteurs de la construction et de l’agriculture. Il englobe 18 entreprises opérant dans cinq principaux pôles : Construction, Industrie, Agriculture, Services et Pierre. II emploie plus de 3000 collaborateurs répartis à travers le pays. L’entrepreneur Brahim Hasnaoui, a réalisé une usine ultra moderne de transformation de blocs de granite et de marbre à Sidi Bel Abbés, mais on ne connaît malheureusement pas d’autres exemples de ce genre. La concurrence est, en effet à tout point, déloyale et l’absence de volonté politique de promouvoir les produits algériens n’est également pas faite pour encourager ce type d’initiative.

Réflexion
Mardi 25 Février 2020 - 15:24
Lu 6444 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 09-04-2020.pdf
4.71 Mo - 08/04/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+