REFLEXION

Saïda Neghza condamnée à 1 an de prison



Le tribunal de Tipaza s’est prononcé sur l’affaire qui oppose l’entreprise Engenéria 4 Group ainsi que plusieurs autres personnes physiques contre la présidente de la confédération générale des entreprises algériennes (CGEA), Saïda Neghza. Une année de prison avec sursis tel est le verdict contre Saida Neghza. Elle devra également verser des indemnités estimées à 100 millions de centimes à l’entreprise Engenéria 4 Group et plusieurs autres personnes physiques qui se sont constituées partie civile. Rappelons que Saïda Neghza est accusée d’avoir retiré frauduleusement de la banque la somme d’un milliard qui a servi de capitale pour une entreprise créée en association avec une société espagnole spécialisée dans les travaux publics qui désirait investir en Algérie, indique notre source. Il s’est avéré que la société créée n’a jamais officié depuis sa fondation. La patronne de la CGEA se serait attribué un salaire conséquent au sein de cette entreprise. La justice s’est saisie de l’affaire après une plainte des investisseurs espagnols. Rappelons,  par ailleurs, que Mme Neghza avait affirmé, il y a deux ans, que l’ex-président du FCE, Ali Haddad, qui parlait au nom du patronat, ne la représente pas et ne l’engage pas dans ce qu’il fait avec le gouvernement. Cela n’empêche pas Mme Neghza de reconnaître, à l’époque, l’influence croissante de Ali Haddad dont elle a dit qu’il contrôle désormais des ministres et des walis. Selon les observateurs, les déclarations de Mme Neghza pourraient paraître excessives mais elles convergent avec ce qui se dit dans de nombreux salons algérois, ce qui laisse entendre que l’alliance entre le clan de Saïd Bouteflika et le président du FCE n’était pas nécessairement bien vue par d’autres centres de pouvoir en Algérie. Pour rappel encore, ce n’était pas la première fois que Saïda Neghza ose s’attaquer au président du FCE, Ali Haddad, que d’aucuns présentaient comme un des hommes les plus puissants en Algérie étant donné la relation privilégiée qu’il eut à tisser avec Said Bouteflika. Saïda Neghza avait même défié publiquement Ali Haddad sur un plateau tv, l’accusant de vouloir s’accaparer des entreprises publiques.

Réflexion
Mardi 14 Janvier 2020 - 15:28
Lu 1397 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 28-01-2020.pdf
4.02 Mo - 27/01/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+