REFLEXION

SAFSAF : Zehahfa, un douar marginalisé



Le douar Zehahfa  situé à quelque 8  kilomètres de la  commune de Safsaf  demeure oublié et semble ne pas avoir son droit au développement local. Ce douar, qui compte plus de 300 habitants, prend naissance en bordure du chemin et s'étend vers d'autres douars de ladite commune.  En effet, lors d'une visite à ce bourg, on a constaté l'absence de toute voirie et autres réseaux qui suscitent l'indignation des habitants. Les habitants de ce bourg souffrent chaque jour du manque de toutes les commodités nécessaires tel que: l'approvisionnement en eau potable, gaz de ville, éclairage public   ainsi que le transport public. En effet, le douar de Zehahfa   ne semble bénéficier d'aucune considération en matière de développement local et social. Ces derniers ne cessent, de réclamer et d'appeler au secours les responsables locaux et ce, par divers canaux de communication. Les chefs de famille de ce douar  soulèvent le problème de la chute de tension qui leur cause des pannes aux appareils électroménagers notamment les téléviseurs et les réfrigérateurs.  . «Nous sommes oubliés dans ce douar » mêmes nos doléances sont restées lettres mortes alors qu'elles devaient être transmises aux autorités de wilaya», nous diront les habitants.  « On demande l'aménagement de ce douar», ajouteront-ils.   Tout  en s’interrogeant : « pourquoi notre douar est-il privé de tous les projets de développement et commodités? Ajoutant que l'absence de réseaux d'assainissements et autres aménagements urbains sont  flagrants. Même l'alimentation des habitants du douar en eau potable est défaillante, quant au transport scolaire, celui-ci est également un sujet  critiqué par les habitants qui nous informent que ce dernier  est un moyen indispensable pour assurer l'arrivée de nos enfants, à l'heure, à l'école, et de rentrer tôt, le soir, en toute sécurité », nous a déclaré un parent d'élève. « Effectivement, les écoliers parcourent chaque jour des kilomètres pour rejoindre leurs établissements défaut de l’absence de tous moyens de transport, car ce bourg n’est même pas fréquenté par les clandestins, les enfants doivent compter sur eux-mêmes, soit en effectuant le trajet à pied, ou  en faisant de l'autostop à leurs risques et périls, nous sommes vraiment oublié déplore t’il. Il est temps que les responsables concernés prennent en charge les doléances des habitants de ce douar oublié, qui est en dehors du développement, surtout durant cette saison froide.                  

 

G Yacine
Lundi 16 Septembre 2019 - 18:29
Lu 327 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 19-02-2020.pdf
4.29 Mo - 18/02/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+