REFLEXION

PLUS DE 500 NOUVEAUX CAS DE CANCER ENREGISTRES : 19% de jeunes sont accros à la chicha à Oran



L'incidence du cancer du poumon, c'est-à-dire le nombre de nouveaux cas diagnostiqués chaque année, est directement liée à la consommation du tabac et la chicha. Le fléau est autrement plus dangereux lorsqu'il se localise dans le milieu scolaire où le mimétisme des grands et les vides sociaux sont propices pour en augmenter la dangerosité. De ce fait, les bilans dressés annuellement par les services de la santé à propos des élèves qui s'adonnent à la cigarette dans les écoles d'Oran soulignent une réelle et inquiétante prévalence du tabagisme en milieu juvénile. Le fléau s'accentue même d'année en année. Ainsi, selon les résultats d'une enquête réalisée par les services de la santé scolaire relevant de la DSP, le tabagisme en milieu scolaire varie entre 3 et 30% des élèves des trois cycles scolaires. Dans le cycle primaire, 3% des élèves fument alors que 17% sont enregistrés dans le moyen. Dans le secondaire, ce sont près de 30% qui en sont accros. Ces chiffres sont effarants compte tenu de l'âge des enfants. Car l'enquête a révélé que parmi ces jeunes fumeurs actifs, il se trouve des enfants âgés de 9 ans qui s'adonnent au tabagisme. La consommation de cigarettes augmentait avec l'âge et chez les « fumeurs quotidiens » avec les années d'études. Les élèves âgés de 15 à 17 ans fument plus de 6 cigarettes par jour ; ceux dont la tranche d'âge varie entre 12 et 14 ans, affirment fumer plus de 4 cigarettes par jour, tandis que les 9-11 ans en consomment plus de 3 par jour. Cette prévalence a évolué grâce à l'accès facile au tabac dont la vente à l'unité a encouragé bien des adolescents à se procurer la cigarette à 5 dinars. Et même si la majorité des écoliers, qui avouent fumer même durant les heures de recréation, se disent conscients des méfaits du tabac sur la santé, il reste qu'ils n'arrivent plus à s'en passer. Oran enregistre plus de 500 nouveaux cas de cancer du poumon chaque année. Un chiffre qui donne froid au dos, si l'on sait que ce type de cancer tue chaque année pas moins de 4.000 Algériens. Il s'agit là d'une pathologie qui a pour cause le tabagisme, puisque 9 cancers du poumon sur 10 surviennent chez des sujets qui fument. Cette année pas moins de 150 nouveaux cas de cancer du poumon ont été enregistrés à l'EHU 1er-Novembre. Plus le diagnostic est précoce, plus le traitement sera bénéfique, surtout pour les cancers bronchiques. Avec 35.000 nouveaux cas de cancer broncho-pulmonaire chaque année en Algérie. Ces chiffres sont appelés à connaître une ascension dans les années à venir, dans la mesure où les Oranais, comme tous les Algériens, commencent à découvrir un nouveau phénomène «fumer la chicha». La consommation de la «chicha » s'est imposée comme un vrai phénomène de société. Preuve en est les cafés-narguilés, ces salons de thé et autres cafétérias proposant ce produit moyennant 250 DA, voire 500 dinars, et qui prolifèrent un peu partout. A Oran, il existe en fait une trentaine de cafés proposant la «chicha» qui est composée de 25% de tabac mélangé à de la mélasse et un arôme de fruits. Mais derrière ce goût suave et exquis de fraise, de kiwi, de cerise ou de miel, se cachent de vrais «tueurs». Muni d'un long tuyau communiquant avec un flacon d'eau aromatisée que la fumée traverse avant d'arriver à la bouche du fumeur, le narguilé est très dangereux. Le fumeur de narguilé est exposé à de plus importantes quantités de nicotine, de monoxyde de carbone et d'autres toxines que le fumeur de cigarettes. La fumée d'une heure de chicha équivaut à 100 ou à 200 cigarettes. Le phénomène de la consommation de la «chicha» dans les cafés et les lieux publics semble prendre de l'ampleur surtout parmi les jeunes. Le nombre de cafés qui servent le narguilé progresse de mois en mois. En effet, selon des enquêtes réalisées par les services de la santé pas moins de 19% de jeunes entre 16 et 25 ans sont accros à la chicha à Oran.

Medjadji H.
Dimanche 24 Novembre 2019 - 17:09
Lu 675 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 19-09-2020.pdf
3.52 Mo - 18/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+