REFLEXION

ODEURS INCOMMODANTES DE LA ZONE D’ACTIVITE DE FORNAKA : La Direction de l’environnement rassure



D’emblée, nos interlocuteurs à la Direction de l’Environnement ont tenu  à faire savoir  que  les installations classées sont soumises à des règles strictes respectées scrupuleusement. Selon eux, toutes les phases, de la réalisation à  l’exploitation,  d’un projet industriel  sont soumises à des autorisations. Tout d’abord, avant la phase construction, l’industriel est tenu de fournir une étude détaillée  de risques (dangers) et d’impact sur l’environnement, le personnel et la population. Cette étude doit dûment prouver que l’installation industrielle projetée  ne présente pas une source de nuisance de quelque nature que ce soit. Ensuite, avant la phase d’exploitation industrielle, les premiers tests de l’installation doivent confirmer les études de dangers et d’impact présentées précédemment. Et ce n’est pas tout. Une fois l’autorisation d’exploitation industrielle délivrée, l’installation exploitée reste sous un contrôle permanent par le biais des inspections inopinées de la commission de wilaya chargée du contrôle des installations classées, de la Direction de l’Environnement et de la commission de wilaya chargée de  la veille sur  l’environnement et le développement durable. Nos interlocuteurs reconnaissent cependant  que malgré la présence sur le terrain de toute cette panoplie d’acteurs de contrôle et de veille, des manquements pourraient arriver. D’après eux, ces manquements ont pour origine soit une panne des équipements de traitement des déchets industriels, soit la mise à l’arrêt volontaire de ces équipements, car, explique-t-on, le traitement des déchets constitue une charge d’exploitation que certains industriels pourraient chercher à éviter. L’on assure qu’en cas de manquement, et si une mesure urgente  n’est pas requise,  le pollueur  est mis en demeure  de se mettre en conformité avec les lois et les normes établies dans un délai raisonnable. Si l’infraction persiste, la fermeture de l’installation en cause est prononcée. Nos mêmes  interlocuteurs ont insisté  à l’occasion sur le rôle du citoyen dans la préservation de l’environnement. Ils l’encouragent ainsi à s’impliquer dans les efforts de veille et d’alerte. Mais pour l’instant, l’on n’a pas  encore pensé à un numéro vert pour lui faciliter la tâche. De ce fait, pour ce faire, le citoyen n’a  pour  alternative  que de saisir par écrit la Direction  ou se présenter le jour de la réception des citoyens. Par ailleurs, il y a lieu de relever que des affiches  non signées  ont  été placardées sur les murs à Fornaka  en guise d’appel à un sit-in de protestation  devant le siège de l’APC au sujet des odeurs de la zone d’activité, mais selon nos sources, ce  sit-in n’a pas eu lieu. Le moins que l’on puisse dire, à ce propos,  est que le  curieux mode d’emploi adopté  pour  s’organiser   et interpeller les élus locaux  met à nu l’indigence de la vie associative dans cette commune.        

A.Mokhtar
Vendredi 8 Février 2019 - 17:59
Lu 224 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 22-08-2019.pdf
2.44 Mo - 21/08/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+