REFLEXION

MOTS POUR MAUX : Une petite spéculation de nos erreurs quotidiennes



Des erreurs,  encore des erreurs, partout des erreurs ; ces erreurs sont partout parce que l’erreur est humaine dit-on. Ces erreurs qui nous rongent notre quotidien  viennent de l’action de penser. La façon de  penser faux  c’est-à-dire se tromper. Regardons un peu notre quotidien ou plutôt revisitons le,  mais de plus près. Le constat est clair, net et précis tous les défauts au niveau de ceux qui composent, animent et font de l’échange dans une société donnée et plus précisément comme la nôtre où il y a les erreurs en « pagaille » qui ornent et   font notre quotidien. Ces erreurs trouvent le champ propice pour se multiplier. Un champs constitué  par le non-respect de normes, de valeurs, de critères, de la conformité, des prix ,de l’appréciation, de la balance, de la mesure, du diplôme, de l’importance, de la référence, de l’estimation, de la force, de l’utilité, de la nécessité, du mérite ,du sens et de la vertu et même de la signification.  La pensée se distingue par ses deux propres fonctions et principes mathématiques : la déduction et l’induction dans le cadre de la logique des choses pour ne pas dire la logique scientifique.  Ce sont les deux uniques démarches  de la pensée du « lambda »  de la cité sociétale pour expliquer et justifier les erreurs dites subjectives et objectives. Par conséquent, le fait de ne pas bien penser ;  la déduction est simple on ne pense pas assez ou plutôt on se trompe de faire quelque chose selon des références de bonnes valeurs. Penser juste et bien c’est respecter des normes admises par tout le monde et par la nature des choses, c’est-à-dire une pensée qui se réfère aux règles de la logique (règles intuitives, inconscientes, heuristiques…..). Les règles de la logique (jugement et raisonnement) peuvent être shuntées par des mauvaises habitudes  sociales, du laxisme des responsables, du « laisser-faire laisser-aller » du « j’men foutisme », du« c’est lui ce n’est pas moi », «  c’est sale mais je ne respecte pas la propreté », « c’est à moi,… c’est pour moi. Et tant pis pour lui.. » ……. Mais aussi par la mauvaise situation économique (chômage- dégradation du niveau de vie-inflation- dévalorisation de la monnaie….), la mauvaise politique suivie dans les divers secteurs… le manque de culture et surtout  la consommation pendant la saison sportive d’un nouvel opium qui est la « Barca et Co » ! De là découle tous les maux et les dérives de la société par le fait que  nous nous trompons tous les jours parce qu'il n'existe pas de rationalisme pour meubler  nos journées avec art et bonheur dans le bien et le bien être  et éviter d’essayer de ne pas se tromper.  La bonne et meilleure  attitude personnelle du petit « lambda »  consiste  dans la mesure du possible d’ être conscients  dans ses actes qui animent la journée que le Bon Dieu fait, car penser sans point de vue est   anormal.  Les algériens disent que « c’est tout à fait normal », tout en évitant  de penser autrement qui  risquent de polluer inutilement l’environnement sociétal.

Benallal Mohamed
Mercredi 26 Octobre 2016 - 19:33
Lu 432 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 19-09-2019.pdf
3.6 Mo - 18/09/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+