REFLEXION

MOSTAGANEM : Stop aux ‘’souks de moutons’’



La wilaya de Mostaganem, à l’instar d’autres wilayas  se passerait bien de fêtes qui seraient un facteur aggravant d’une situation déjà compliquée par un rebond inquiétant du nombre de cas d’infections qui vont crescendo, depuis le déconfinement total de la wilaya. Sur son territoire, l’inconscience et l’appât du gain veulent reprendre leur ascendant ce qui n’est pas du tout raisonnable et responsable en créant des points de vente sauvage de moutons. La lutte contre la propagation du coronavirus est aussi une lutte contre l’inconscience, l’incivisme et la cupidité. Dans des communes d’autres wilayas la décision  a été prise pour interdire temporairement la vente et le commerce de bétail dans les lieux publics et les espaces privés désignés comme points de vente, par le passé. Dans la wilaya de Mostaganem il est attendu que soit rendue une décision officielle de ce genre  qui stipulerait que : « il est strictement interdit de vendre des animaux destinés au sacrifice de l'Aïd el Adha, dans les rues, les places et les lieux publics, sur le territoire des 32 communes de la wilaya de Mostaganem et ce, du 13 juillet au 6 août prochain". Pourtant nous savons qu’ailleurs et dans la Commune de Mostaganem, aucune une décision n’a été prise en ces sens alors que , dans des espaces situés à l’intérieur du territoire communal, certaines transactions commerciales portant sur la vente d’ovins sur pieds ont bien lieu et continuent de l’’être sur des voies publiques, bords de routes, propriétés publiques, parcelles publiques, quartiers résidentiels ou leurs environs ... etc.).Le cas le plus flagrant et celui des transactions qui se déroulent sur un terrain de l’ex SONIC, près du parc de véhicules de l’Entreprise « SAFINA »,juste en face de l’atelier de remise des voitures de tramway de Salamandre. La situation alarmante de la montée en puissance des cas d’infections par le coronavirus commande  que les attroupements et ventes illégales d’animaux  vifs sur pieds soient totalement bannis. Dans cet ordre de prévention de la santé publique, les services du commerce doivent s’organiser en brigades pour traquer et sanctionner par des poursuites pénales conformément aux lois en vigueur, les contrevenants qui se seraient reconnus coupables de dépassements de ces interdictions temporaires et conjoncturelles prises dans l’intérêt général pour endiguer la propagation de la maladie Covid-19.                

Younes Zahachi
Lundi 13 Juillet 2020 - 16:40
Lu 559 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 06-08-2020.pdf
3.65 Mo - 05/08/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+