REFLEXION

MOSTAGANEM : Des pannes d’éclairage récurrentes: à qui la faute ?



Trop de pannes de l’éclairage public sont signalées çà et là par les citoyens de Mostaganem qui ne comprennent pas cette situation où certains secteurs de la ville plongent dans le noir, quand vient le soir. Quoi qu’il en soit, Mostaganem va mal et beaucoup de lanceurs d’alertes  le font savoir quotidiennement, à travers le réseau social de facebook, souvent en parallèle avec la presse locale. Une question taraude les citoyens : les responsabilités de la gestion communale sont elles diluées au point de ne plus exister ? Il est des cas flagrants qui ont fait le « Buzz » pendant la bonne semaine qui aurait pénalisé le quartier "Saint Jules «, proche de la mosquée « Omar ibn El khattab » et jusqu'au « stade Benslimane »  où l'éclairage public a brillé par son absence. Tout un quartier sans lumière sans que personne ne puisse s’en soucier de la gêne occasionnée aux riverains et aux risques pour la sécurité des biens et des personnes est une situation vécue par les habitants avec une certaine amertume, a-t-on appris. La dernière situation en date, signalée  également  à la même date du 21 février passé est certainement celle qui concerne notamment la zone du théâtre régional de Mostaganem qui est pourtant proche de la direction de la culture dont il relève, à un jet de pierres ! Tous les citoyens savent bien que cet édifice est en état comateux, sombrant dans l’oubli qu’il est dans la capitale du théâtre où des milliards de centimes ont été investis pour le doter d’un tel ouvrage. Il est malheureux de lui faire prêter son flan à quelques délinquants égarés pour des actes de vandalisme dont les séquelles se remarquent au quotidien sur divers mobiliers urbains (Bancs publics, abris-bus…). La ville de Mostaganem a quand même des élus qui ont le double devoir de faire ce qu’il faut pour obliger d’une part les gestionnaires du théâtre à  assurer la prévention sécuritaire et l’entretien des lieux ,d’une part et d’autre part, d’obliger le contractant du marché à commande d’assurer la maintenance ainsi que les interventions de réparation des défaillances du réseau d’éclairage public. Cette  question ,croit-on savoir, relève de la gestion d’un service public, stipulée par l’article 149 du code communal, lequel est confié ,par contrat de commande à l’Entreprise cocontractante, compétente. Selon divers constats de citoyens notoires et honnêtes, cette situation de défaut d’éclairage affecte également le cinéma « cheikh Hamada » pourtant en plein centre-ville mais également le cinéma « ifrikya », (ex-Cinémonde) ; ce dernier est au niveau du quartier « pépinière » où malheureusement il y a un mauvais éclairage qui pourrait être préjudiciable à la sécurité et l’intégrité des lieux. La conclusion a été donnée par ce citoyen d’un certain âge où l’on est certainement très sage qui, s’est lâché en disant de manière ironique  et avec un grand soupir d’amertume, que : « malgré des milliards pour l’éclairage avec des lampes LED, le soir, en certains endroits, Mostaganem est LAIDE…. »                                                  

Y.Zahachi
Dimanche 23 Février 2020 - 17:11
Lu 313 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 04-04-2020.pdf
4.15 Mo - 03/04/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+