REFLEXION

MOSTAGANEM : Aménagement d’immeubles à la cité 5 juillet

Les habitants logeant dans les bâtiments situés à la cité 5 juillet ont manifesté un grand sentiment de satisfaction quant à l’opération d’aménagement de leurs bâtiments qui a touché la réfection des cages d’escaliers qui se trouvaient dans un état lamentable en plus de l’embellissement extérieur qui a donné une image moderne à la cité.



Les immeubles ont été repeints avec une couleur conforme à la nature des lieux. Notant qu'une opération de réhabilitation similaire a été entamée au niveau du quartier de la Salamandre .Dans ce contexte , les habitants de la cité Chemouma, ayant pris acte de cette bonne initiative, lancent un appel pressant à leur tour aux autorités concernées de lancer la même procédure d’aménagement de leurs immeubles qui connaissent le même sort des bâtiments de la Salamandre, sachant pertinemment qu’ils ont été occupés par leurs habitants depuis plus de 20 ans. Notant que plusieurs immeubles se trouvent dans un état de dégradation avancé, car les rampes d’escaliers présentent un vrai danger pour les enfants et les personnes âgées. Par ailleurs, un autre problème persiste qui est celui de la présence des insectes nuisibles et constante au niveau de la cité des 320 logements de Chemouma. Si la saison estivale est la période de reproduction et d’apparition des moustiques, à « Chemouma » c’est toute l’année que ces insectes font acte de présence dans les foyers. En dépit des innombrables opérations de démoustication, ces insectes indisposent toujours les habitants et  posent un problème de santé publique. L’utilisation des pastilles anti moustiques est un facteur important de maladies respiratoires, désormais très fréquentes parmi les habitants. La raison principale de la dissémination chronique des moustiques est bel et bien le manque total de l’entretien des caves des bâtiments du quartier. Ces dernières débordent d’eaux usées et sont, de ce fait, une source intarissable en insectes nuisibles. De ce fait, il est urgent de remettre en question les modalités classiques de lutte contre les moustiques. Avec plusieurs espèces de moustiques existantes, l’Algérie est l’un des pays les plus exposés à ces insectes. La lutte anti moustique en Algérie consiste à traquer les larves dans les caves, durant une période allant de février à septembre, ainsi que d’organiser des fumigations nocturnes. Or, la lutte anti larvaire dans les caves ne suffit pas tant qu’il y aura des gîtes ouverts comme les caves. Pour lutter efficacement, il faut utiliser des traitements aériens avant l’été comme cela se fait ailleurs. Ainsi, on ne laisse pas le moustique se développer et on aura la paix tout l’été. Ce traitement aérien a le mérite de coûter moins cher que les produits chimiques, très toxiques, utilisés pour les fumigations de nuit. De même, il est important de résoudre le problème de gestion des cités algériennes. Les vides sanitaires visant à recueillir les réseaux d’eaux, sont mal faits. L’on place des moustiquaires dans les ouvertures des vides sanitaires pour empêcher les moustiques de pondre dans les lieux traités.

G.Yacine
Vendredi 2 Août 2019 - 18:10
Lu 604 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 19-02-2020.pdf
4.29 Mo - 18/02/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+