REFLEXION

MAZAGRAN : La waada de Sidi Belkacem tente de réunir tous les habitants

Comme chaque année, le moussem de la waada de Sidi Belkacem, cette grande fête (taam) continue de se perpétuer au fil des âges. Les descendants du cheikh Bouasria tentent encore de réunir tous les habitants du Mazagran, ainsi que les membres de la famille des Bouasria au mois d’octobre par célébrer cette fête ancestrale qui demeure encore si gaie et si conviviale.



Les ‘’Ouled cheikh’’,  et  tous les descendants du saint Bouasria sont concernés par  l’organisation de cette ‘’waada’’, ils  se mobilisent tous pour ce rendez-vous annuel et déploient  tant d’efforts pour sa parfaite réussite. Pendant deux longs jours, les organisateurs se battent et demeurent décidés  a offrir  aux invités une meilleure édition de la fête. Chacun a son rôle, et s’en charge de préparer cette grande fête populaire,  les uns  s’occupent de dresser les tentes,  de déplier  les chaises, ,  les autres   prennent en charge  le déploiement des tapis ,des nappes,  et servir les carafes d’eaux, les verres, les tables pour manger,  ainsi que les cuillères, des serviettes,  ils tiennent tous a mieux recevoir les invités et satisfaire leurs besoins . D’autres  se mobilisent pour  prendre en charge l’hébergement des invités  pendant la durée de la waada.  Selon des organisateurs, les adeptes de cette fête traditionnelle  et les gens qui viennent  de toute la région de Mostaganem, tiennent juste a  assister a la grande fête en souvenir  d’un temps où cette dernière avait encore un sens  et était encore une occasion de rencontre des familles qui se retrouvaient chaque année.  Pour un autre Bouasria, c’est  encore une question de tradition, de ziara, de mémoire, a l’ami de Dieu (wali Salah) . La fête s’est poursuivie par l’intervention et  la participation du  groupe ‘’Aissawa’’  de la commune  ‘’HCHEM ‘’ qui a offert aux invités  un tour de chants religieux  avec des scènes de danse si  passionnantes   . La fête demeure une rencontre annuelle des familles qui se retrouvent dans un lieu a la zaouïa de Sidi Belkacem avec des prières, tandis que le Khedim  des  Bouasria donne des morceaux d’étoffes de baraka du saint de  Sidi Belkacem au gens qui  présents sur les lieux. A leur tour, les invités   donnent  de la ziara, un peu d’argent et allument une bougie a l’intérieur de la gouba à titre de  baraka, car  la tradition de nos ancêtres  annonce que cette nuit de la waada  sera une nuit de lumière et pour toute l’éternité et les gens de foi. Telle est la grande fête de Sidi Belkacem, et ses coutumes.

Soumia
Vendredi 5 Octobre 2018 - 18:46
Lu 486 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 24-01-2019.pdf
3.79 Mo - 23/01/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+