REFLEXION

MARCHE COUVERT ET SOUK AIN-SEFRA : Les mauvaises odeurs empestent les lieux

L’attention croissante portée, aujourd’hui par les citoyens, à un environnement de qualité est devenue bien rare dans nos espaces quotidiens d'habitat et de consommation. Aussi, il pose forcément, la question de la gêne olfactive occasionnée par les mauvaises odeurs, dans certains lieux publics, fréquentés.



Cette idée ne correspond à aucune réalité explicite, tant elle n'a pas le statut de problème social comme peut l'avoir le bruit et d'autres nuisances sonores qui ne sont pas des moindres à Mostaganem. Ceux qui sont habitués à un milieu propre, ordonné et sain sont immédiatement frappés par les multiples odeurs nauséabondes du pourtour du Souk Ain-Sefra, et bien-sur, le  dit marché couvert, dans un large rayon .Il est vrai que  nous ne sommes pas égaux devant la perception olfactive des odeurs. Pourtant, ça sent l'odeur d'urine, de poisson en décomposition, l’œuf pourri et bien d'autres odeurs difficiles à décrire mais çà, c’est au dehors et les riverains le savent très bien. A l'intérieur du marché, c’est une autre histoire car on s'aperçoit très vite que nous sommes déjà dans la promiscuité, la surcharge, les étals hors-gabarit et la diversité allant jusqu'à l'insolite .Le tout  est entremêlé sans nulle considération l'ordre et l'hygiène dans une moindre mesure au premier étage mais au sous sol, c’est un festival de pagaille indescriptible tant pour la vue que pour l'odorat. En fait, à bien réfléchir, on s'aperçoit que cette situation a été décriée maintes et maintes fois par les  consommateurs, commerçants et riverains résulterait très probablement de l'incapacité à assainir définitivement le marché couvert ,que l'on devrait plutôt, qualifier de "Souk couvert" Le  phénomène de cohue, pagaille et mauvaises odeurs sont intimement liés et indissociables ,de l'avis de beaucoup de citoyens fréquentant régulièrement ces lieux denses où le petit commerce de fortune est omniprésent. On sait en outre, qu'une odeur, même puante, n’est pas forcément toxique mais elle est tout de même très gênante bien que, quelques parts, elle est le signal d'une certaine pollution microbienne  qui serait nocive pour la santé. Les autorités concernées ont essayé de s'attaquer ce  qui est qualifié justement de "point noir" mais toutes les tentatives se sont soldées par des échecs à répétition, faute de solutions adéquates .En attendant, la situation s'empire de jour en jour et, l'anarchie aidant, les mauvaises odeurs se sont installées dans la durée  alors que la solution radicale se fait attendre pour en finir une bonne fois pour toutes !...

Younès Zahachi
Mardi 17 Septembre 2019 - 18:04
Lu 623 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 01-10-2020.pdf
3.41 Mo - 30/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+