REFLEXION

Le terrorisme routier fait ravage !



L'hécatombe sur les routes en Algérie se poursuit avec son lot de victimes, notamment en cette période hivernale. Le nombre de décès dus aux accidents de la circulation a augmenté de façon inquiétante ces dernières années en Algérie! Quotidiennement, des communiqués tombent avec des décomptes macabres. Les pertes humaines et matérielles ne se comptabilisent plus. Tôt  ce dimanche, sept personnes ont perdu la vie dans une hécatombe routière au niveau de la commune de Hadjout dans  la wilaya de Tipaza et ce suite à une collision entre deux bus de transport de voyageurs.  En une journée, 7 morts ! Ce terrible bilan n’est que le résultat de plusieurs facteurs. Il y a d’abord l'excès de vitesse, lequel est sans conteste la première cause de mortalité. D'ailleurs, les données de la Gendarmerie nationale le prouvent, 88% des accidents de la route sont liés au facteur humain. En effet, des automobilistes, des chauffards, prennent un malin plaisir à “exploser” le compteur en toute insouciance. Les routes continuent à être toujours aussi meurtrières en Algérie malgré la batterie de mesures répressives mises en place l’année dernière par les autorités pour lutter contre la délinquance routière. Il a été enregistré trois mille six cent trente neuf (3.639) personnes ayant trouvé la mort et 36.287 autres qui ont été blessées dans 25.038 accidents de la route enregistrés durant l'année 2017 a indiqué le Centre national de prévention et de sécurité routières (CNPSR). On est juste à quelque 300 victimes du chiffre rond qu’affichent les accidents de la route en Algérie c'est-à-dire 4000 morts en moyenne depuis des années. Précisant  également sur la fourchette des chauffeurs âgés entre 18 et 29 ans constitue la tranche la plus impliquée dans les accidents de circulation, et que les titulaires de permis de moins de deux (2) ans sont  les plus impliqués dans les accidents de la circulation . En attendant le permis à points devenu une arlésienne, les pouvoirs publics se contentent de tenir la comptabilité macabre. C’est une guerre sur les routes qui fait des milliers de tués et blessés par an, et que rien ne semble arrêter, même les compagnes de sensibilisation et la sévérité des amendes infligées aux contrevenants, d’où la nécessité absolue de trouver une solution efficace pour arrêter ces  hécatombes.

Amina L.
Dimanche 20 Janvier 2019 - 18:15
Lu 293 fois
Edito
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 14-12-2019.pdf
3.5 Mo - 13/12/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+