REFLEXION

La santé des malades chroniques en otage



De tous les problèmes que rencontre le secteur de la santé, un problème très grave se pose avec acuité pour tous les malades en général et plus particulièrement les personnes ayant une maladie chronique à savoir le manque de disponibilité des médicaments dans les pharmacies aussi bien publiques que privées. Devant ce problème majeur auquel est confronté aussi bien le malade que l'Etat, les pouvoirs publics pour ne pas devenir une poubelle pharmaceutique et mettre en danger la population, essaye d'opter pour une nouvelle politique et une nouvelle stratégie afin de résorber ce problème. Il est à noter que l'Etat importe annuellement pour deux milliards de dollars de produits pharmaceutiques, ce qui porte un grand coup au trésor public d'où la nécessité pour l'Etat d'opter pour un partenariat avec les grands laboratoires occidentaux et donc l'Algérie a choisi le plus grand et le plus performant dans le monde à savoir les Etats Unis. Ce projet de grande envergure, est conçu de façon que les laboratoires américains s'installent en Algérie à la condition de signer des accords de partenariat avec des institutions scientifiques algériennes dans le but de produire et former nos scientifiques et chercheurs ainsi que nos étudiants dans le domaine afin d'arriver à l'avenir de produire des médicaments et devenir nous aussi des producteurs de médicaments et pourquoi pas le pôle de l'Afrique et du Moyen Orient. Cependant, les malades chroniques souffrent toujours  de la rupture de certains produits essentiels. Pour que ce projet aboutisse, il faudrait installer une commission composée d'experts et spécialistes algériens dans tous les domaines à savoir dans l'économie, la finance, les entreprises du secteur et des universités pour se compléter. Par ailleurs, il y a lieu d'instaurer une certaine culture dans l'esprit de nos administrations pour éviter toute entrave au bon déroulement de cet immense projet car les Américains ne voudraient pas être confrontés à de faux problèmes de gestion financière ou autres sinon le projet risquerait de tomber à l'eau avant son lancement. D'où le rôle de l'Etat de sensibiliser nos administrations en tout genre sur l'intérêt et le sérieux de cette opération qui est bénéfique à plus d'un titre pour l'Etat algérien et son peuple.

BENYAHIA EL HOUCINE
Mardi 4 Décembre 2018 - 16:52
Lu 386 fois
Edito
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 15-12-2018.pdf
2.64 Mo - 14/12/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+