REFLEXION

LA MESURE DE DISTANCIATION SOCIALE BAFOUEE : Les rues de Mostaganem grouillent de monde

C’est le cas de le dire clair net et précis, depuis la nouvelle de la prolongation de confinement de 15 jours encore, jusqu’au 30 mai 2020, on constate que, parmi les activités commerciales suspendues, il en est celles qui ont repris dans la clandestinité à l’instar des transports par taxis ,des magasins du vêtement et de la chaussure, pour femmes et enfants, ainsi que certaines boutiques d’articles ménagers.



Finalement cette situation ne surprend personne, pas même celles et ceux qui en sont la cause, par leurs comportements irresponsables, leurs attitudes récalcitrantes, et leur désobéissance ainsi par leur non-respect du confinement, du port du masque, de l’hygiène nécessaire, des mesures de distanciation entre les uns et les autres es individus contribuent à la propagation du virus .N’a-t-on pas constaté ,récemment, une reprise de l’augmentation du nombre de cas de personnes atteintes par le covid-19,  dont le nombre était de 281cas  enregistrés le vendredi 17 avril, et 121 cas le samedi 18 avril 2020.Les chiffres témoignent bien que nous sommes face a une situation inquiétante  . Rappelons que lors de sa récente visite a Mostaganem, le Ministre Kamel Rezig à insisté sur ce point d’ordre, expliquant que ce qui touche à la santé et à la vie de nos concitoyens, n’est pas négociable et que l’Etat pèsera de tout son poids avec les moyens  que permet la loi pour  faire respecter les mesures de prévention sanitaires au niveau des commerces à commencer par des fermetures temporaires de 10 à 15 jours et ce à partir du Dimanche 17 Mai 2020.Les individus  récalcitrants se trouvent  surtout au niveau des quartiers populaires, où se mêlent à la fois le commerce informel, l’oisiveté, la pauvreté, le chômage, et tant d’autres maux auxquels notre société doit répondre par des solutions adaptées. Un petit tour en ville, en milieu de mâtinée révèle le manque de civisme flagrant montrant certaines personnes, pratiquement agglutinées les uns aux autres, et qui se comportent comme si de rien n’était et comme si les menaces du Covid 19 ne les concernent pas. De telles attitudes peuvent être remarquées dès la matinée de chaque jour devant les portes d’entrées du magasin de vente de produit avicole de l’Oravio dans le quartier « pépinière »,de l’Agence BADR du centre ville, de l’Agence principale d’Algérie-Télécom, dans l’entresol du marché couvert, devant l’entrée Est de ce même marché du trottoir jusqu’à l’intérieur, dans le périmètre de la « Souika de Tigditt »,et dans la rue du Lion et sa périphérie à la faveur des vendeurs de rue qui ont re-squatté trottoirs et rues. Mieux encore, ce sont les commerçants dudit « hangar » qui on observé avant-hier un Sit-in pour exiger la réouverture de leurs magasins respectifs tandis que les  autres espaces commerciaux concentrés entre l’Avenue Mohamed Khemisti et le Moulin de l’ex-Sempac, sans conditions de sécurité, sont dans une situation de « mi-figue, mi-raisin ».Le climat de tension inquiétant se fait sentir au fur et à mesure que les jours passent. En tous cas, entre désobéissance, incivisme et défi ceux qui ont des agissements insouciants, attitudes coupables, et comportements délictueux, nous exposent, tous à un danger certain pouvant nous  coûter, très cher.

Younes Zahachi
Lundi 18 Mai 2020 - 18:57
Lu 2391 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 29-09-2020.pdf
3.31 Mo - 28/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+