REFLEXION

Entre Hirak et dialogue !



C’est sûr que cela fait plus de 5 mois que la contestation populaire réclame le départ de tous les architectes du chaos actuel de l’Algérie. La grande partie se trouve en prison, en attente de procès et sous l’effet encore de la présomption d’innocence, alors qu’il semblerait que le reste, essaie de maintenir l’ancien ordre politique, puisque de fil en aiguille, nous nous dirigeons droit vers, l’année de répit qu’avait proposé l’ex-président Bouteflika. En dépit de 21 glorieux vendredis d’intenses manifestations, autant de détermination dans la contribution des étudiants, certes d’énormes acquis, qui tels des témoins de la ténacité de la revendication populaire qui puise son essence, dans l’injustice sociale, la « hogra », et le déni de la démocratie,  il n’en demeure pas moins qu’à cette date fatidique, les figures de l’ancien régime se replacent à la tête de l’Etat, et  réclament une légitimité, prôné par déclaration du Conseil constitutionnel « Considérant que la Constitution prévoit que la mission essentielle dévolue à celui investi de la charge de chef de l’État est d’organiser l’élection du président de la République, il y a lieu de réunir les conditions adéquates pour l’organisation de cette élection dans la transparence et la neutralité en vue de préserver les institutions constitutionnelles qui concourent à la réalisation des aspirations du peuple souverain. Il revient au chef de l’État de convoquer de nouveau le corps électoral et de parachever le processus électoral jusqu’à l’élection du président de la République et la prestation du serment constitutionnel ». Or, sur le terrain, les choses sont on ne peut plus  claires. La dernière manifestation pacifique, coïncidant avec le 57e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, a eu l’effet d’un référendum à ciel ouvert. Celle de ce vendredi 12 juillet, confirme plus que jamais, les premières revendications du peuple. Il ne manque plus qu’à trouver les moyens efficaces d’arriver  à consensus, sur les modalités et conditions pour l’élection présidentielle. Car aux yeux des observateurs, l’urgence ne se situe plus dans le fait de savoir si nous sommes ou pas dans l’inconstitutionnalité, ils considèrent que la crise a trop duré, et occasionne des préjudices, qui peuvent s’avérer lourds de conséquences. Pour eux le chemin le plus court, est indéniablement celui du dialogue, des concessions, et des compromis, car ils considèrent que la plus grande illégitime demeure dans le fait de laisser le pays sans président de la République, au moment où le consensus est exprimé fortement dans la rue.

Amina L.
Dimanche 14 Juillet 2019 - 17:50
Lu 635 fois
Edito
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 20-10-2019.pdf
3.51 Mo - 19/10/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+