REFLEXION

ENTV : la gestion d’Ahmed Bensebane critiquée



Dans une lettre adressée au président Abdelmadjid Tebboune, les journalistes de l’Entreprise publique de télévision (EPTV) dénoncent l’absence de tout changement éditorial, conformément à la volonté exprimée par le chef de l’Etat. Les auteurs de la lettre assurent que le nouveau directeur, Ahmed Bensebane, reproduit «les mêmes pratiques passées dans toutes leurs dimensions organisationnelles et professionnelles : marginalisation, exclusion, règlement de comptes, loyauté, favoritisme, dédain…» Des pratiques, insistent ces journalistes, «qui ont sapé tous les efforts visant à lui redonner sa crédibilité devant l’opinion publique». «Six mois après la nomination du nouveau directeur, nous regrettons de vous faire part de la triste situation qui prévaut au sein de notre institution, situation dont nous craignons qu’elle conduise à une explosion, du fait de la gestion actuelle d’une institution souveraine de la taille de la Télévision algérienne». «Ce que nous avons remarqué, c’est que l’image commercialisée pour la nouvelle Algérie est très fanée et le discours médiatique préserve encore la langue de bois d’avant le 22 février. L’actuel directeur général insiste pour suivre ses prédécesseurs», dénoncent-ils, accusant ainsi l’actuel directeur de s’opposer à la volonté des journalistes de revenir à la réelle pratique journalistique, avec une information objective et variée. «Les journaux télévisés sont rares, loin des aspirations du peuple algérien et de vos aspirations en tant que premier Président après la révolution populaire pacifique. Le journal de 20 heures reflète encore un contenu stéréotypé, loin de l’esprit de changement voulu par la Présidence», ajoutent-ils, soulignant dans ce sillage que la Télévision publique continue, entre autres, d’accueillir des personnalités politiques qui ne sont pas à la hauteur des défis actuels et futurs, tout en excluant les autres, notamment les jeunes. «Nous sommes face à un directeur général qui n’accepte pas les critiques, refuse le langage du dialogue fructueux et tente de diluer toutes nos initiatives visant à discuter de ce que nous avons évoqué précédemment, en nous menaçant à travers, notamment, le directeur des ressources humaines qui l’a nommé au poste malgré son absence pendant 12 ans de l’institution et a continué à percevoir son salaire, sans interruption», relèvent-ils, considérant qu’il est urgent d’apporter les changements nécessaires à la refonte totale de la Télévision publique pour qu’elle puisse se hisser aux standards universels.

Réflexion
Dimanche 9 Août 2020 - 16:33
Lu 2250 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 27-09-2020.pdf
2.6 Mo - 26/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+