REFLEXION

EHS EMIR ABDELKADER D’EL HASSI (ORAN) : Pas de médicaments et appareil de radiologie en panne

A Oran, le manque d’appareils de radiothérapie au niveau des hôpitaux spécialisés à l’instar de l’EHS Emir Abdelkader d’El Hassi, pis encore, ceux qui sont disponibles sont en panne et à la recherche de la pièce et de la maintenance.



Ce problème s’est a aggravé depuis 2019, ce qui a engendré une vaste campagne de lutte contre la corruption soldée par l’incarcération de l’importateur exclusif et le chargé de la pièce et de la maintenance de ces appareils, qui n’est autre que l’ex-richissime Ali Haddad, actuellement incarcéré à  la prison d’El Harrach à Alger pour corruption et enrichissement illicite. L’accord signé consistait en l’acquisition par la SIAL Pharma filiale du groupe ETRHB de systèmes de radiothérapie destinés au traitement des maladies du cancer. De plus, SIAL Pharma a eu l’exclusivité de la maintenance de ce matériel importé. La chute de l’empire Haddad a impacté l’opération d’acquisition de ces appareils et en conséquence, la qualité de la prise en charge des cancéreux. C’est le cas à l’EHS spécialisé en Oncologie à El Hassi dont les enfants malades souffrent de la maladie et encore plus du manque de moyens de prise en charge. Résultat, les cancéreux ne peuvent plus surmonter les attaques de cette maladie mortelle. Pour les majeurs, c’est le grand périple à travers les wilayas de l’ouest notamment, Sidi Bel Abbès et Tlemcen où les appareils sont en marche et les rendez-vous sont accessibles. Pour un médecin de l’établissement d’El Hassi, « la main d’œuvre ainsi que les pièces de rechange pénalisent notre travail, du coup, on est obligé à espacer les séances de traitement, les services habilités devraient accélérer les choses en paraphant un nouveau contrat ou continuer à importer des Etats-Unis, l’essentiel est de mettre à notre disposition le matériel pour mieux prendre en charge les patients ». La société d’oncologie médicale, par le biais du professeur Kamel Bouzid, a appelé à une « réaction urgente » des pouvoirs publics quant à la question de la maintenance du matériel de radiologie des centres anti-cancer ouverts à travers le territoire national. Le professeur Kamel Bouzid a soulevé la problématique de la maintenance des équipements des 20 centres anti-cancer répartis à travers le territoire national, faisant état de délais longs allant jusqu’à six mois pour la réparation du matériel en panne.

Medjadji Habib
Mardi 6 Octobre 2020 - 16:23
Lu 238 fois
Oran
               Partager Partager

Oran