REFLEXION

Comment a-t-on pu en arriver là ?



La liste des personnalités incarcérées, ou faisant l’objet d’enquêtes à propos d’incriminations pour des motifs crapuleux alors qu’elles occupaient des fonctions au sein du gouvernement ou dans les plus hautes sphères de l’administration, continue d’alimenter les «unes» de la presse. Quelques semaines auparavant, d’autres personnes, affairistes pour l’essentiel, notoirement connues pour leur proximité avec les premières, ont fait l’objet de mandats de dépôt et sont poursuivies pour «trafic d’influence, détournement de foncier et de concessions publiques, blanchiment d’argent et financement occulte de partis politiques». Et la liste semble n’en être qu’à ses débuts. En attendant que les instructions diligentées confirment la réalité des crimes imputés, on est frappé par la collusion entre les uns et les autres. Car responsables politiques et hauts fonctionnaires semblaient entretenir avec les affairistes des liens dont l’étendue et la densité s’apparente à du compérage. La prohibition qui frappe ce genre de promiscuité a donné naissance à une notion bien connue des banques occidentales et des gestionnaires de patrimoine ; celle de «personne politiquement exposée». Que recouvre ce concept ? A-t-il été transposé dans le droit interne algérien et comment ? Qui concerne-t-il ? En quelle circonstance est-il invoqué ? Quelles procédures déclenche-t-il ? Quelle coopération internationale peut-on en attendre ? Et, par-dessus tout, quel usage pourrait-on en faire pour récupérer les sommes faramineuses – on parle de 24 milliards de dollars – dérobées aux Algériens ? Par ses constructions juridiques de plus en plus sophistiquées, le développement de la criminalité financière constitue une menace mortelle pour la stabilité et la sécurité du secteur financier. C’est pourquoi, en complément de la législation répressive du droit pénal, d’autres mesures de prévention ont été adoptées pour prémunir le secteur bancaire contre la contamination par l’afflux d’argent dont l’origine est toxique ou même suspecte.

Ismain
Samedi 13 Juillet 2019 - 20:43
Lu 764 fois
Edito
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 11-12-2019.pdf
4.94 Mo - 10/12/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+