REFLEXION

Belkecir risque le peloton d'exécution



Le général Ghali Belkecir, ancien commandant de la Gendarmerie nationale, actuellement en fuite en Espagne, risque le peloton d'exécution suite à l’accusation de ‘’haute trahison’’, conformément à la loi qui régit l’institution militaire. Le  parquet militaire de Blida a, en effet, décidé d’engager des poursuites judiciaires pour le chef d’accusation de haute trahison à l’encontre de l’adjudant-chef à la retraite Guermit Bounouira, du commandant Darouiche Hichem, et du général à la retraite Ghali Belkecir. «Conformément aux dispositions de l’article 11, alinéa 3 du code de procédures pénales, monsieur le Directeur de la justice militaire au ministère de la Défense nationale informe l’opinion publique des poursuites judiciaires engagées par le parquet militaire de Blida pour le chef d’accusation de haute trahison (possession d’informations et de documents secrets pour les remettre à des agents d’un pays étranger), à l’encontre de l’adjudant-chef à la retraite Guermit Bounouira, du commandant Darouiche Hichem, et du général à la retraite Belkecir Ghali, conformément à l’article 63, alinéa 2 du Code Pénal», précise un communiqué du ministère de la Défense nationale rendu public. La même source informe que «le juge d’instruction militaire de Blida a mis en détention provisoire les deux accusés Bounouira Guermit et Darouiche Hichem en vertu d’un mandat de dépôt à l’établissement pénitentiaire militaire de Blida, et a émis un mandat d’arrêt à l’encontre de l’accusé Belkecir Ghali». L’adjudant-chef Guermit Bounouira, qui avait occupé le poste de secrétaire particulier du général de corps d’armée Gaïd Salah, était lui aussi en fuite en Turquie. L’ancien sous-officier est soupçonné d’avoir dérobé des documents sensibles du bureau du chef d’état-major de l’ANP. Il a été extradé la semaine dernière. Son extradition est intervenue sur ordre du chef de l’Etat Abdelmadjid Tebboune, et en collaboration entre les services de sécurité algériens et les services de sécurité turcs. Selon certaines sources, Guermit Bounouira avait quitté le territoire national le 5 mars dernier, avec sa femme et ses deux enfants, via l’aéroport international Houari Boumediène d’Alger grâce à la complicité de hauts gradés de l’armée. Cet adjudant-chef originaire de Tissemsilt a fait parler de lui en raison par ailleurs de l’influence anormale qu’il exerçait sur d’anciens hauts gradés de l’armée. Ses aveux ont permis le démantèlement d’une partie d’un vaste réseau mafieux dont une des pièces maîtresses est l’ancien commandant de la Gendarmerie nationale, le général Ghali Belkecir.

Réflexion
Mercredi 12 Août 2020 - 16:46
Lu 2698 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 20-09-2020.pdf
3.68 Mo - 19/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+