REFLEXION

AMMI CORSO ET L’AID EL FITR



Ammi Corso qui après avoir fait sa prière du Dohr et  s’être acquitté de ses obligations de père de famille  s’allongea  sur une natte pour se relaxer et plongea vers une méditation qui en dit long en se remémorant le déroulement  du mois de ramadan, ses préparatifs ainsi que sur les festivités de l’Aid El fitr d’antan en comparaison avec ceux d’aujourd’hui en lâchant un grand soupir de désolation.  Jadis,  le mois de ramadan était accueilli avec joie plusieurs jours auparavant. Chacun  l’accueillait à sa façon. Les femmes dans leurs foyers préparaient les ingrédients et tout ce qui attrait à la cuisine dans une ambiance familiale très spécifique ainsi que le grand ménage et se contentaient du peu de victuailles que rapportaient leurs mais car le ramadan pour elles ne se limite pas à se remplir la panse mais plutôt de se repentir et essayer d’avoir le grand pardon et ce qui était vraiment beau dans ces journées ramadanesques  c’est de penser à son prochain et ne pouvaient se gaver de nourriture et son voisin ou un proche crevant de faim, c’était ce qu’il y avait de plus immoral et même les jours de l’Aid El Fitr toutes les familles préparaient leurs gâteaux dans une ambiance des plus sereines et même les plus démunis fêtaient dans la joie et l’allégresse aidés par les familles aisées en se rendant visite mutuellement. Contrairement à ce qui se passe aujourd’hui, où le mois de ramadan passe presque  inaperçu, dans un climat de monotonie extrême du fait que la société actuelle a tout matérialisé, l’individualisme règne en maitre sur tous les points car les cœurs se sont durcis laissant place à l’égoïsme poussant les gens à renier leurs parents leurs amis ainsi que leurs voisins sauf si l’intérêt est de la partie, sinon les relations humaines sont froides même parfois agressives.  Nous avons le malheur de constater aujourd’hui que même les visites familiales le jour de l’Aid se font très rares et ne se font  dans la majorité des cas que par téléphone.  Ammi Corso sort de sa torpeur en disant « Quelle époque ! Les jours qui partent sont mieux que ceux qui viennent.

Adel
Dimanche 27 Juillet 2014 - 11:56
Lu 414 fois
RAMADANIATE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma