REFLEXION

À qui profite le long bras de fer ?



Voilà plus de quatre longs mois que plus de 20 millions d’Algériens battent le pavé d’un vendredi à l’autre et que le pouvoir en place tarde à répondre à leurs revendications si légitimes, dont cette nouvelle République qu’ils réclament depuis,  et qui semble répondre à  toutes leurs aspirations. Malheureusement, rien ne se pointe à l’horizon et la crise risque de s’aggraver davantage face à ce long bras de fer qui n’ose pas dire son nom. Le ‘’hirak’’ revendique toujours  une transition conduite par une ou plusieurs personnalités ‘’hors du système’ qui doit installer un nouveau gouvernement  et organiser des élections libres et transparentes  pour élire un nouveau président de la République. Quant au pouvoir, l’urgence est autre et tend à mettre un président  qui mènera de nouvelles reformes. Ce processus sera conduit par le chef de l’Etat en poste, M. Abdelkader Bensalah et son chef de gouvernement, M.Noureddine Bedoui, deux personnalités rejetées toujours  par le ‘’hirak’’. Tel semble être les fondements  qui composent aujourd’hui cette impasse politique, chacun s’estime être dans le vrai  et le légitime. Le chef de l’état major tient à rester dans la légalité constitutionnelle, et le ‘’hirak’’ aspire au renouveau d’une  Algérie qui a besoin de solutions politiques  émanant  de sa base. Pour l’heure, ces deux camps semblent s’engager dans un dialogue de sourds qui risque de perdurer. La situation est déjà si inquiétante et fait craindre le pire, le chef de l’état-major réaffirme d’un discours à l’autre sa fidélité à sa feuille de route, tandis que le’’ hirak’’ demeure plus que jamais déterminé à poursuivre  ses marches pacifiques. Quant aux jours, ils passent si vite et n’attendent personne, et il est si urgent de se questionner  sur cette Algérie, aujourd’hui à la croisée de tant de chemins, qui aspire tant à son tour à un retour vers le calme, la quiétude et une si jolie paix de braves. La sagesse doit de nouveau primer, l’entêtement ne mène nulle part. L’Algérie ne peut être un jouet à manipuler par tant d’indélicats et d’insouciants… Le bras de fer  doit céder sa place à un consensus de la part de tous, il s’impose et est si nécessaire pour le bien de tous.

L.Ammar
Samedi 22 Juin 2019 - 19:28
Lu 377 fois
Edito
               Partager Partager

Dans la même rubrique:
1 2 3 4 5 » ... 230

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 08-12-2019.pdf
3.51 Mo - 07/12/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+