REFLEXION

À L’APPROCHE DU MOIS DE RAMADHAN : Des marchands ambulants inondent les marchés de Mostaganem



 Le mois de Ramadan n’est plus l’apanage des seuls adultes, les enfants aussi s’y mêlent, comme pour revendiquer leur part du festin. Sur les places publiques ou aux alentours des marchés, un nouveau phénomène est fortement enregistré en prévision du mois sacré de Ramadan , qui a pris une proportion considérable  ces derniers jours  , car  plusieurs points  de ventes et marchés à travers la wilaya de Mostaganem  à l’image d’Ain Sefra , Souk Ellil , rond point de « Berais » et même les différentes rues sont inondés  par des bambins vendeurs ambulants des deux sexes dont l’âge ne dépasse guère les 12 ans , ils sont de plus en plus nombreux, on les voit débarquer dès les premières heures de la matinée, chacun s’activant à sa manière à préparer son étal. En effet, plusieurs de  ces innocents  exercent ce métier à cause de leur situation sociale précaire  où ils exposent plusieurs produits comme le pain , les différents  gâteaux , les cigarettes,  et n’importe qu’elle autre produit qui peut être commercialisé. D’ailleurs , plusieurs d’entre eux ont été poussés à travailler en vue  de leurs conditions de vie déplorable, en surmontant tous les aléas et les difficultés  comme la chaleur , les agressions et même la vitesse excessive de certains conducteurs  afin de gagner quelques sous .A cet égard, l’un d’eux, a-t’il  déclaré, « ma famille a besoin d’argent, nous vivons dans des conditions misérables, car j’ai sacrifié mes vacances en saisissant l’occasion de ce mois de ramadhan pour porter aide et assistance à ma famille », car plusieurs d’entre eux comme  Amine, Sofiane et Mohamed, certains sont exclus du système scolaire. Amine (12 ans), au corps frêle et aux yeux pétillants d’innocence juvénile, nous propose ses feuilles de brik préparées à la maison par sa maman. Plus loin, un autre garçon, Sofiane (14 ans), renvoyé de l’école, ou plutôt il l’a quittée pour venir en aide à sa famille, lui sa spécialité, ce sont les herbes aromatiques, persil, thym, menthe, des bouquets exposés sur un cageot qu’il ne s’arrête pas d’asperger d’eau. Issu d’une famille nécessiteuse dont le père est au chômage depuis des mois, le jeune Sofiane pratique ce genre de commerce occasionnel, même en dehors du mois de Ramadan. En outre, certains commerçants profitent de cette situation  pour exploiter cette frange juvénile contre un salaire de misère,  sans veiller le moins du monde sur le minimum de leur moindre droit.              

Gana Yacine
Mercredi 24 Avril 2019 - 19:07
Lu 340 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 21-07-2019.pdf
3.69 Mo - 20/07/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+