REFLEXION

Un petit mot d’adieu à notre Nihal



C’est avec des yeux pleins de larmes, un cœur plein de tristesse et une âme pleine d’amertume que je prends mon clavier pour faire ou tout au moins essayer de faire un petit mot d’adieu à notre Nihal. Il a fallut que je m’y reprenne à plusieurs reprises pour arriver à faire ce petit billet.
Où es tu Nihal , où es tu mon ange , pourquoi es-tu partie en nous laissant dans le désarroi le plus total. Tu as laissé toute ta famille, tes amis, tous les gens qui t’aiment et qui t’ont aimée avec ton corps si frêle et ton sourire si malicieux et si angélique, tu es partie sans prévenir, sans un adieu et tu as laissé tout le monde dans la tristesse et le chagrin.
Où es tu ma chérie, tu ne va pas me dire que tu en avais marre de l’existence, toi qui venais à peine à la vie et tu sais très bien que ce n’est pas un âge pour mourir, on ne meurt pas à ton âge ma chérie.
A ton âge on vit, on s’amuse, à ton âge on rit, on pleure on joue avec sa petite sœur avec laquelle on se chamaille pour la poupée, pour un bonbon, pour un gâteau et même pour un bout de pain, on fait du bruit à la maison pour s’affirmer, mais on ne meure pas.
A ton âge on veut apprendre, on questionne, on commence à cerner son environnement.
A ton âge on n’a pas d’ennemis, tous ceux qui t’approchent sont des amis, tu n’étais pas assez grande pour savoir qu’il ne faut pas se fier à tout le monde et que tout le monde n’est pas bienveillant.
Tu étais l’étoile, le soleil de tes parents, tu étais la lueur et l’espoir, et maintenant avec ton départ une partie de la lumière s’est éteinte pour eux. Ton départ les a plongés dans une affliction, dans un abattement le plus total, jamais ta séparation ne pourra être acceptée par personne. Même avec les yeux pleins de larmes, ils continueront toujours à voir dans leurs esprits ton visage si souriant, tes gestes, tes grimaces. Ils continueront à entendre ta petite voix et tes premiers balbutiements. Ils continueront à te voir furtivement à chaque coin de la maison.
Mais si tu es partie c’est malgré toi, c’est d’autres personnes qui l’on décidé pour toi, c’est ces personnes qui sont indignes d’être des humains, qui n’ont d’humain que l’aspect physique, aucune morale, aucun humanisme, aucun sentiment, des monstres, des bêtes à l’apparence humaine.
C’est ces êtres infâmes, répugnants, ces êtres innommables qui nous ont ravi notre Nihal et qui ont plongé toute l’Algérie dans la douleur et le dégout
J’espère qu’ils n’échapperont pas à la justice humaine et même s’ils arrivent à le faire, ils ne pourront jamais se soustraire à la justice divine.
ALLAH YERHMAK YA NIHAL .

 

Ghali Bentami
Vendredi 5 Août 2016 - 18:34
Lu 1273 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+