REFLEXION

TRAIT D'UNION : La pluie de toutes les catastrophes !



La pluie tant attendue par les fellahs, est devenue une fatalité presque incontournable avec son lot inimaginable de dégâts et autres catastrophes. Il suffit juste  que le climat se gâte pour qu’une vague de frayeur parcourt  tout le pays et pousse certains citoyens à devenir des « gardiens d’inondations » et à vivre les nuits blanches en plein noir à surveiller la montée des eaux menaçantes. En effet, les pluies qui s'abattent sur l'Algérie, bénéfiques pour les terres agricoles, font malheureusement  et régulièrement des centaines de victimes, qui se transforment en un laps de temps en sinistrés pour de longs mois, et causent parfois de forts dégâts qui se chiffrent en milliards.  Les averses des dernières 48 heures ont suscité tant de panique au sein des populations mal loties ,elles ont plongé  dans l’angoisse plusieurs douars où désormais, le train du développement  n’a pas encore sa voie ferrée pour les traverser, ont également provoqué des dizaines  d’accidents de la route, dont certains mortels sur ces routes bricolées en 24 heures  où des tronçons entiers  ont été emportés par la furie des eaux pluviales, et qui étaient devenus presque impraticables de par la stagnation des eaux qui les cernaient de partout  ,et  ont  causé des effondrements  en milieu urbain ,surtout de ces bâtisses qui datent de l’époque coloniale et qui ont trop attendu une réhabilitation qui ne s’est guère réalisée, alors qu’en milieu rural, des dizaines d’habitations précaires ont été inondées par les eaux pluviales et ont obligé les malheureux citoyens à se replier sur les lieux du culte et des écoles primaires en attendant  le matin ,pour revenir vider l’eau de leurs chaumières ,devenues en quelques heures  des mares pour canards. Ces drames reviennent d’une forte chute de pluie à l’autre et demeurent  causées  en gros par  l’absence des réseaux d'évacuation des eaux usées et pluviales, dont certains sont défectueux et ne reçoivent aucun entretien. Malheureusement, les collectivités locales s’illustrent encore une fois  et toujours par leur irresponsabilité ; elles ne prennent plus  la peine de nettoyer les avaloirs et d'entreprendre les travaux de voirie indispensables pour éviter les  risques de crue. Les rues peuvent toujours  s’inonder, les habitations précaires et anciennes peuvent également subir toutes les infiltrations d'eaux, et les accidents de routes s’accentuaient davantage, les élus, censés être les premiers concernés ne semblent point  se soucier  de ces « choses là », ils ont mieux à faire …. !

L.Ammar
Lundi 29 Septembre 2014 - 18:10
Lu 198 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+