REFLEXION

Six émirs d’Aqmi en renfort à Gao

Après la prise du contrôle de la ville de Gao par le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), l’heure est à la préservation des acquis. C’est ce qu’expliquerait la présence à Gao, depuis le mercredi 27 juin 2012, de six émirs d’Aqmi.



Six émirs d’Aqmi en renfort à Gao
 Depuis le mercredi 27 juin 2012, date qui marque la première grosse défaite du MNLA dans son aventure indépendantiste au Nord du Mali, on signale l’arrivée d’un renfort de combattants d’Aqmi à Gao. Ils sont menés, selon nos sources, par une demi-douzaine d’émirs d’Aqmi. Il s’agit notamment de Mocktar Belmoktar dit le Borgne, Abdel Kader Drouckdel, Hamadaou Ould Medkeria dit  Abougoungou, Seyd Faycal Aly, Kailly Yset Abdoul Jabal, et Abdoul Katim Targoui.Comme pour signaler qu’ils ne sont pas venus dans la Cité des Askia en simples visiteurs, ces chefs de guerre auraient passé 4 h d’horloge (de 1h à 5h du matin) à se concerter pour mettre en place une stratégie contre toute tentative d’assaut des éléments du MNLA qu’ils ont mis en déroute après une seule matinée de combats. Ces combats auraient fait, selon certaines sources, 37 morts dans le camp du MNLA dont des membres de son drôle de gouvernement appelé Conseil de transition de l’Etat de  l’Azawad (CTEA).Depuis hier jeudi 28 juin 2012, 23 véhicules 4×4 de combats remplis de combattants seraient arrivés en renfort à Gao pour parer à toute éventuelle réplique des vaincus. Moktar Belmoktar en est le chef des opérations. Après de violents combats contre les hommes du MNLA qui ont fait mercredi au moins vingt morts, les islamistes du Mujao, présenté comme une dissidence d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), ont chassé de Gao le MNLA, dont des chefs ont fui ou ont été blessés, selon plusieurs témoignages.Parmi les chefs du MNLA blessés, figure Bilal Ag Achérif, le principal dirigeant du mouvement, évacué au Burkina Faso, pays qui dirige la médiation pour une sortie de crise au Mali..Dans un communiqué daté de Gao vendredi, le chargé de l’information et de la communication du MNLA, Moussa Ag Assarid, affirme que le mouvement a eu 4 morts parmi ses combattants et environ 10 blessés, mais la plus lourde perte est bel et bien du côté des terroristes d’Aqmi et du Mujao, parlant de plusieurs dizaines de morts.Il y a eu également, malheureusement, des victimes civiles lors de ces combats de ces dernières journées, ajoute-t-il dans ce texte, sans se prononcer sur la perte de terrain du MNLA.D’après plusieurs autres témoins, ce mouvement a également été contraint de se retirer jeudi de ses dernières positions à Tombouctou (nord-ouest) sur injonction d’Ansar Dine.La déroute du MNLA face au Mujao renforce la présence islamiste dans le vaste nord malien, appelée Azawad par le mouvement rebelle touareg qui en a unilatéralement déclaré l’indépendance, rejetée par la communauté internationale. 

Nadine
Dimanche 1 Juillet 2012 - 11:46
Lu 390 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+