REFLEXION

Près de 300 souches bactériennes à usage agricole isolées par des chercheurs de l'université d'Oran

Près de 300 souches bactériennes à usage agricole ont été isolées par des chercheurs de l'université d'Oran, a-t-on appris dimanche du directeur du Laboratoire de Biotechnologie des Rhizobiums et Amélioration des Plantes (LBRAP).



Près de 300 souches bactériennes à usage agricole isolées par des chercheurs de l'université d'Oran
La conception  et la conservation de ces souches, ou rhizobiums, interviennent dans le cadre de l'élaboration d'une banque, dite « souchier », pour la mettre à la disposition du secteur agricole, a précisé le Pr. Abdelkader Bekki au cours d'une rencontre sur le thème "Développement durable et sécurité alimentaire". "L'utilisation de ces bactéries qui ont la propriété de capter naturellement l'azote constitue la principale voie d'augmentation de la production agricole et d'amélioration de la fertilité", a-t-il souligné en rappelant que les quatre cinquièmes du territoire national se composent de zones arides et semi-arides. Le chercheur algérien a notamment insisté sur les légumineuses alimentaires qui couvrent aujourd'hui à peine 40% des besoins nationaux, affirmant que leur production pourrait être bien meilleure grâce à l'inoculation des rhizobiums, permettant également de réduire la facture d'importation évaluée à 100 millions de dollars par an. L'efficacité de ces bactéries en tant que fertilisants biologiques a été prouvée sur le terrain à travers une première expérience menée sur le sol dégradé d'une carrière désaffectée à Sidi Lakhdar (Mostaganem), où les nodulations (tubercules) ont fait leur apparition deux années seulement après les inoculations, a indiqué Pr Bekki, ajoutant qu'une deuxième expérience est en cours sur une sablière à Terga (Aïn Témouchent). Dans ce contexte, il a fait savoir que son équipe s'attelle actuellement à l'élaboration de projets agréés dans le cadre des programmes nationaux de recherche (PNR), axés notamment sur les légumineuses alimentaires et leur application pour la préservation de l'environnement et la « revégétalisation » des sites dégradés. L'intérêt environnemental a été mis en exergue par le chercheur à travers une comparaison avec le procédé classique jugé potentiellement polluant puisque la moitié des engrais azotés reste enfouie dans le sol et risquent de s'infiltrer dans la nappe phréatique, alors que les rhizobiums fixent l'azote en symbiose avec les besoins de la plante. Cette rencontre regroupe trois jours durant une centaine de chercheurs de différentes universités de la région Ouest du pays, des cadres des services agricoles, des représentants des Chambres agricoles, et des partenaires français en provenance de l'université de Nice Sophia Antipolis.

Medjadji H
Lundi 16 Janvier 2012 - 11:17
Lu 350 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+