REFLEXION

Pourquoi Allah se loue-t-Il?



Allah Très-haut Se passe des mondes, de leurs œuvres et louanges. Quels que soient les bons et mauvais actes qu'ils font ils ne pourront ni nuire à Allah ni lui profiter. En effet, le Transcendant et Très-haut Se passe d'eux et ce sont eux qui ont besoin de Lui. A ce propos, le Très-haut:«Ô hommes, vous êtes les indigents ayant besoin d'Allah, et c'est Allah, Lui qui se dispense de tout et Il est Le Digne de louange. » (Coran,35:17)
Cependant Allah Très-Haut aime que Ses fidèles serviteurs Lui obéissent , Lui rendent un bel hommage, Le remercient et ne se montrent pas ingrats envers Lui. Ceci repose sur une grande sagesse et a de nobles sens dont nous citerons une partie:
-Allah aime les éloges et le bel hommage. C'est pourquoi Il S'est loué et a donné à Ses fidèles serviteurs l'ordre de Le louer et de Lui faire des éloges car Il le mérite. Il aime que ses fidèles serviteurs Lui donnent les attributs qu'Il mérite. S'ils le font justement, ils ne lui attribueraient des choses qu'Il transcende.
-Les éloges qu'on Lui fait et l'hommage qu'on Lui rend ne sont que justement mérités. C'est sur quoi repose la justice qui doit prévaloir sur terre et dans les cieux. Si, en revanche, ils se montrent ingrats et ne Le remercient pas, on serait mal fondé d'estimer qu'ils fondent leur vie commune sur la justice.
-Les éloges et louanges qu'on Lui fait profitent aux hommes aussi bien dans le vie présente que dans celle future. An-Nawawi (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit dans son explication du précédent hadith: «La vérité est que la pratique comporte un intérêt pour le fidèle serviteur car quand ils louent le Transcendant et Très-haut, Il leur attribuent une récompense dont ils profiteront. Le Transcendant, Lui, Se passe des univers; leurs louanges ne Lui profitent pas et leur refus de Le louer ne Lui porte aucun préjudice.» Extrait de Charh Mouslim (17/77).
Al-Moubarakfouri (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit dans Touhfatoul Ahwadhi (9/357).
-Allah aime être loué et accorde à celui qui le fait une récompense qui lui profitera. Lui-même n'en profite pas. Quant à nous, nous aimons la louange pour en profiter et augmenter notre prestige au sein de notre peuple. Ceci montre l'erreur commise par la masse quand elle dit:« Si Allah lui-même aime être loué, comment ne l'aimerions-nous pas?»
-Le louer c'est faire connaître sa vraie grandeur. N'eût-été l'ordre qu'Il nous a donné dans ce sens et nous l'a fait connaître, nous n'aurions pas saisi ce que Son immensité et Sa majesté méritent en termes de louange et de bel hommage, et nous n'aurions pas connu notre Maître grâce à Ses plus beaux noms et Ses attributs sublimes. Avoir une bonne connaissance de cela constitue le fondement des louanges et éloges qu'on Lui fait. C'est le fondement de la connaissance que le fidèle serviteur a de son Maître.
Quand le peuple de Coré le rappela Allah et Ses bienfaits envers lui, il répondit: «Je le dois à mon savoir.» (Coran,28:83). Cette prétention fut à l'origine de sa prétendue supériorité aux autres et de son autoglorification. Dès lors, Allah l'englouti, lui et sa résidence, dans la terre. Après quoi le Très-haut dit: «Cette Demeure dernière, Nous la réservons à ceux qui ne recherchent, ni à s'élever sur terre, ni à y semer la corruption. Cependant, l'heureuse fin appartient aux pieux.» (Coran,28:83).
-Le fait de louer Allah, de chercher à Le connaitre grâce à la connaissance de Ses attributs parfaits, notamment Sa majesté et Sa perfection, ouvre aux fidèles serviteurs la porte de l'observance de la vraie servitude envers Lui. Car ils (les fidèles) ne peuvent observer cette attitude et ne peuvent Le connaître qu'après avoir connu ce qui nécessite les louanges qu'on Lui fait grâce à la connaissance de Ses noms et attributs qui justifient les louanges et éloges qui Lui sont faits.
-Le fait de Le louer et de Lui rendre l' hommage qu'Il mérite ouvre à l'homme la porte de la connaissance de son égo caractérisé par la faiblesse, la vulnérabilité, l'humilité et la pauvreté. Connaissance qui nous renvoie à la station de la servitude. Ibn al-Qayyim (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit: «Il y a deux types de pauvreté; une pauvreté nécessairement subie et généralisée de sorte que ni pieux, ni libertin n'y échappe. Se retrouver dans ce type de pauvreté ne fait mériter ni louanges ni dénigrement, ni récompense ni châtiment. C'est pour l'être créé comme le fait d'être une créature fabriquée. Le second type de pauvreté est choisi. Il résulte de deux nobles connaissances: le fait pour le fidèle serviteur de connaître son Maître et le fait pour lui de se connaitre soi-même. De l'acquisition des deux types de connaissance résulte une pauvreté qui fait accéder le fidèle à la vraie richesse, synonyme de la réussite totale et du bonheur pour lui.» Extrait de Tariq al-Hidjratayn,p.9.
Nous en disons pas moins ceci: la question ne devrait pas du tout être posée car elle annulerait l'épreuve et écarterait les charges imposées par la religion aux fidèles responsables. Elle est impertinente, vue sur les doubles angles religieux et rationnel. S'il était juste de dire : pourquoi Allah Se loue-t-il et en donne l'ordre à Ses créatures, bien qu'Il n'en ait pas besoin, il serait aussi juste de dire : pourquoi leur a -t-Il donné l'ordre de prier , de jeûner , de faire le pèlerinage, de se livrer au dhikr et de la récitation du Coran? Ne pourrait-Il pas se passer d'eux? De même que le Transcendant n'a besoin des louanges des gens, de même Il n'a pas besoin de leurs prières, de leur jeûne et de leurs autres actes de dévotion.
Le fidèle serviteur devrait plutôt se concentrer sur l'obéissance à Allah et le culte qu'il lui voue sur la base de la soumission, de la conviction et de la satisfaction. A ce propos, Allah Très-haut dit dans un hadith qoudsi (des propos reçus par le Prophète directement d'Allah en dehors de la révélation coranique):«Ô mes serviteurs! Vous n'êtes pas capables de M'atteindre et de Me porter préjudice ou de m'apporter des avantages. Ô mes serviteurs! Si le premier d'entre vous et le dernier, les djinns parmi vous et les humains possédaient le même degré de piété que celui qui anime le cœur du plus pieux d'entre vous , cela n'ajouterait rien à mon royaume.» (Rapporté par Mouslim,2577).
 

Réflexion
Mercredi 27 Mai 2015 - 14:44
Lu 1075 fois
ISLAMIYATE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+