REFLEXION

MOTS POUR MAUX : Le ‘’piston, ce mot très répugnant’’



Dans notre monde actuel, il existe deux sortes de piston, l’un bien sûr, d’ordre  mécanique au sens propre du mot, qu’on utilise dans les véhicules et autres machines pour faire fonctionner les mécanismes, tandis-que le second , celui qui fait très mal à la société, c’est cet autre mauvais ‘’piston’’ au sens figuré du terme, un mot répugnant et acerbe s’interprétant par cette intervention nuisible, audacieuse et osée d’une tierce personne qui n’ a pas froid aux yeux pour faire bénéficier quelqu’un, au détriment d’un autre et qu’on peut qualifier hélas de piston  de «ben-aâmisme,  de connaissance, de familial , d’amical, de copain et…,  enfin de tous les qualificatifs possibles ayant leur mauvais effet sur la société concernée». Seulement, un tel agissement, dans certaines situations plus ou moins graves, pourrait nuire à l’ordre social et faire beaucoup de mal à autrui, en d’autres termes aux personnes qui n’ont pas le privilège d’avoir des connaissances pouvant les pistonner, ce qui les prive de cette aide ‘’si précieuse, miraculeuse pistonnée ’’ au niveau de tous les secteurs ayant une relation directe et permanente avec le public, et très particulièrement en milieu de santé, où en principe, tous les malades et patients devraient être égaux devant la loi et bénéficier d’une même prestation et prise en charge sociale et/ou médicale , d’un même soutien moral et physique si l’on peut interpréter la chose logique de cette façon. Malheureusement, une telle situation créée par un mauvais comportement incivique et impopulaire de l’intrus sème souvent le désordre.  Ce piston, dont on parle si souvent et quotidiennement, c’est l’œuvre  de quelques mauvaises âmes machiavéliques et instigatrices n’ayant aucune conscience et ne mesurant pas les conséquences de leurs interventions qui nuisent au bon fonctionnement d’une administration, d’une entreprise etc…, créant même des ‘’confusions’’ et une haine au sein de la population qui attend son tour d’être servie. Les résultats et conséquences négatives de tels dépassements, ce sont bien sûr, les  contestations et désorganisations  sociales soutenues par quelques êtres mauvais, véreux et égoïstes.  Ce passe-droit,  pour  ne pas dire piston, est l'une des conséquences irréversibles de la désobéissance sociale de certains qui se sentent lésés frustrés même bafouillés dans leur droit. Prenons exemple sur cette fameuse expression qui a eu son  impact sur ce mot dégoutant et énoncé par une ‘’pauvre’’ étudiante qui n’avait ni le profil, ni les compétences requises pour passer un concours de recrutement, bref face au sujet proposé par l’examinateur  celle-ci dit à une collègue ‘ Tu ne trouve pas qu’un piston solide vaudrait mieux que 20 ans d’études’’. Quoi dire devant une telle expression. ?

B. Adda
Vendredi 7 Octobre 2016 - 17:57
Lu 280 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+