REFLEXION

MOSTAGANEM : Une ville menacée par des milliers de rats



Malgré les instructions fermes de M. le Wali ,adressées aux collectivités locales pour une meilleure prise en charge de l'hygiène publique, l’état des lieux en matière de propreté de la perle de la Méditerranée semble laisser énormément à désirer à quelques jours du lancement de la saison estivale et s'enlise d'un jour à l'autre dans la saleté la plus totale et se distingue davantage par une invasion de rats en plein centre–ville où un millier de ces derniers occupent à plein temps le sous-sol du marché couvert de la ville et la rue longeant les moulins de l’ex-Sempac et ose s’aventurer malheureusement en plein jour sans s’inquiéter des passants effrayés par  une telle  intrusion sur la voie publique.  Un citoyen, M.K.M, un retraité rencontré au voisinage du marché déclare «Ma ville, jadis si propre  est devenue une véritable déchetterie, je ne comprends pas qu'en 2015, l’A.P.C  nous laisse vivre avec les rats !». Il me montre un rat  qui vient encore de se glisser sous la porte métallique du sous-sol du marché et se diriger vers les bacs à ordures  où les vendeurs de poissons s’activent sans le moindre dérangement .Il est  juste 09 heures du matin, les clients du marché ne peuvent éviter ce drôle de face à face avec les rats. C'est juste à deux mètres des vendeurs de poissons, que des centaines de gros rats noirs et gris font régner la terreur et vivent en permanence .au voisinage des bacs  à ordures. A présent, les rongeurs ne se cachent plus et  sont presque partout.  Une vieille dame , se rendant à la partie  basse  du marché  pour l’achat d’épices pour le mois sacré , a été terrorisée par la vue de ces rats.  Criant à pleins poumons pour chasser la peur, elle s’est élancée et a failli chuter, car les bestioles couraient dans tous les sens  à ses pieds.  Devant cette invasion de rats, les citoyens  ont alerté à plusieurs reprises la mairie .A ce jour, les plaintes paraissent  restées sans réponse. Et la situation semble se résumer en cette question posée par un jeune vendeur à la sauvette  «Va-t-on laisser pourrir la situation, jusqu'à ce qu'un cas de peste  survienne ? ». Une  question qui se pose sur toutes les lèvres sans qu’une sérieuse campagne de dératisation  ne soit effectuée.    

L.Ammar
Lundi 25 Mai 2015 - 18:26
Lu 506 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+