REFLEXION

MOSTAGANEM : Le wali rompt le jeûne avec les personnes âgées à Debdeba



Ce Vendredi, 27 ième jour béni du mois de Ramadan, fut l’occasion pour le Wali de Mostaganem de partager un « Ftour » avec les locataires de « Dar el Adjaza », à Debdaba (Vallée des jardins) en présence d’invités de marques. Ce jour du 27ème  du mois de Ramadhan est un jour qui a un statut particulier en Islam que célèbre chaque année le monde arabo-musulman et , M.Temmar Abdelwahid a saisi cette heureuse  occasion  pour  partager dans la convivialité, le « Ftour « en compagnie de ces hommes et ces femmes d’un grand âge, pour la plupart, des accidentés de la vie qui ont trouvé refuge en ce lieu, en fin de parcours de leur vie. On le sait, le Wali est un homme qui se distingue notamment par une grande sensibilité à la détresse des gens âgés, des pauvres, des malades et des démunis. Il était accompagné de ses proches collaborateurs : Chef de cabinet, secrétaire général et conseillers notamment les cadres de la Direction de l’Action Sociale (DASS), des élus locaux et de la nation ou encore des personnalités de la société civile. On pouvait noter aussi la présence remarquable des représentants du fameux groupe « amis qui aiment Réflexion », de l’association des cancéreux « Arrahma » étaient des convives aussi, des Présidents d’APC comme celui de Mostaganem ou de Sayada et Mr Abdelkader Khaldi célèbre chanteur Mostaganem. Bref, le «tout Mostaganem» était représenté. Dans un climat de famille toutes ces personnes, qu’il est fastidieux de les citer sans les nommer, se connaissent le plus souvent et cette soirée prenait presque un air de fête où s’affichaient des visages souriants. M Temmar Abdelwahid a pris le « ftour » attablé avec des pensionnaires de cette institution et autres convives comme le PDG du Groupe Metidji, entre-autres. L’atmosphère détendue, chaleureuse n’avait rien à envier à une rencontre familiale qui faisait chaud au cœur puisque, le sentiment de piété était là pour attirer notre attention qu’il y a encore des hommes qui ont cette noblesse et cette humilité d’aller vers les autres, les naufragés que la vie n’a pas gâté. Nous avons vu un Wali, grand commis de l’Etat, se transformer naturellement, comme par magie, en homme simple comme « un grand frère » pour reprendre cette célèbre expression que les Mostaganémois ont dit, un jour du Wali. L’heure et les minutes défilèrent si bien que la surprise s’est annoncée par la distribution de cadeaux symboliques d’une affection partagée, cadeaux offerts par la générosité de quelques-uns des convives. La soirée de ce « Ftour » mémorable a été agrémentée de « Youyou », de photos de famille et, cerise sur le gâteau, sur l’insistance d’un Belhamidèche Belkacem, Abdelkader Khaldi entonna quelques couplets en « a capella » de sa célèbre chanson « Ya el Waldine, ya emma,ya ebba ».Ce fut quand même une ambiance particulière qui a donné beaucoup  au moral à ces gens d’un âge respectable marginalisés par leurs proches. La charité humaine, les hommes généreux, et l’humilité comme marque de grandeur ont laissé leur marque dans ces moments qui attestent que notre société est encore attachée à la solidarité et à ses valeurs fondamentales.     

 

Younes
Samedi 2 Juillet 2016 - 16:58
Lu 1863 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+