REFLEXION

MEMOIRE : Mezadja Mustapha



C’est le 22 du mois de décembre  1935 que le  défunt Mezadja Mustapha, est né au quartier de Tigditt wilaya de Mostaganem, son père Mohamed et sa mère Belaoud Khroufa . Si Mustapha avait un métier d'artiste car dès son jeune âge il fut embauché comme coiffeur en plus il jouait au banjo car la musique chaabi coulait dans ses veines. En 1959, Mezadja fut arrêté par la police française et fut emprisonné à Mostaganem, ensuite transféré à la prison de Hassi Mamèche, pour une période de 13 mois en compagnie de ses camarades tel que le défunt Amirou Benbouzid. Après l'indépendance, Si Mustapha changea de métier et devint policier, il travailla dans plusieurs wilayas : Mostaganem, Tlemcen, Sidi Ali (Mostaganem) et Oran. Malgré tout il resta fidèle à sa musique chaabi et son banjo qui ne le quitta jamais, il était musicien dans plusieurs orchestres chaabi et accompagnateur de plusieurs chanteurs dans des différentes festivités, son début était avec cheikh Bendaameche Abdelkader ensuite cheikh Ould Ali Youcef et cheikh Kharbab Mohamed. Si Mezadja on sent à travers son regard serein, ses gestes modérés, son allocution franche, loyale, une grande noblesse et une sincérité réelle et absolue. Il nous a quittés le 28 octobre 2002. Allah yarhmou.                     Posté par Rezgui Mansour

Réflexion
Mercredi 25 Mai 2016 - 17:46
Lu 439 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+