REFLEXION

M. BENFETTA HABIB, PRESIDENT DU WIDAD DE MOSTAGANEM A REFLEXION : Le match contre l’OM Arzew a été ‘’vendu’’

C’est une bombe que vient de faire éclater, le président du Widad Athlétique de Mostaganem, M. Benfetta Habib. Ce dernier, en dénonçant les agissements de certains membres de son bureau, a dévoilé un scandale qui risque de faire couler beaucoup d’encre. En effet, il vient de confirmer l’existence de matchs arrangés dans le championnat de la ligue nationale de football amateur. M. Benfetta a fait ces révélations lors d’une interview qu’il nous a accordée.



Réflexion : Premièrement, veuillez-vous présenter aux lecteurs ?
Benfetta Habib : je me nomme Benfetta Habib, ancien président du SA Mohammadia et de la ligue de boxe de  Mascara. Je suis un entrepreneur en bâtiment et actuellement président du widad de Mostaganem.

Pouvez-nous nous expliquer les circonstances de votre arrivée à la tête du widad ?
J’ai été sollicité par des fans du widad qui m’ont proposé de prendre les destinées du club historique de Mostaganem. Encouragé par Monsieur Biba, je me suis réuni avec Monsieur Larbi Ben Hadjar El Ouadi qui est actuellement le 2ème vice-président du club et on s’est mis d’accord pour travailler tous ensemble pour redonner au club son lustre d’antan. Cependant, la situation a évolué contrairement à ce qui a été prévu et ce dernier a commencé à prendre des décisions à mon insu et sans me consulter, moi le président légitime de  l’équipe.

Donc, vos relations avec M. El Ouadi se sont détériorées ?
Effectivement, à mon arrivée au widad, j’ai dû payer de mes poches 120 millions de centimes, frais d’engagement de l’équipe dans le championnat de la ligue nationale de football amateur, saison 2014-2015. Je peux vous dire que depuis mon arrivée au widad, j’ai déboursé en tout plus de 830 millions de cts que je tente de récupérer, mais M. El Ouadi ne l’entend pas de cette oreille et essaye de m’éjecter de la place de président du club en tentant d’organiser une assemblée générale, la croyant acquise à sa personne. Mais le plus grave est que cette personne a établi avec la complicité du trésorier, M. Lahrech Mostapha, un bilan qui a été remis au commissaire aux comptes et qui comporte des dépenses ‘’phénoménales’’, un bilan que je n’ai pas signé en tant que président de l’association, conformément à la réglementation en vigueur. C’est pourquoi j’ai décidé d’ester en justice M. El Ouadi et le trésorier qui fuit toujours ses responsabilités et refuse de me donner les factures de l’exercice de cette saison-là. Pour vous dire à quel point le bilan élaboré par M. El Ouadi et son complice est truffé de dépenses douteuses, il contient une dépense de 450 millions de cts dont la facture que j’ai refusé d’accepter m’a été  remise par  M. El Ouadi. Il y a aussi l’achat de 104 survêtements ‘’New GM’’ pour seulement la catégorie des séniors qui, en réalité, n’ont besoin que de 40 survêtements au maximum, joueurs et staff compris. Comme vous pouvez constater par vous-même, la facture de cet achat concerne aussi des effets vestimentaires pour un montant total de 2692500.00 dinars alors de par mon expérience à  la tête du SAM le montant total de tous ces achats ne dépasse guère les 90 millions de centimes, ce qui laisse à penser que cette facture n’est pas ‘’exacte’’, puisqu’on remarque dans la facture dont le fournisseur n’est autre que l’EURL Semhoune import-export, domiciliée à Eulma dans la wilaya de Sétif, qu’il n’y fait mention  ni du numéro d’identification fiscale, ni du numéro du registre de commerce, ni du numéro de téléphone , ni du numéro de compte bancaire et encore moins du numéro de bon de commande que je vous assure que je n’ai pas signé. Même l’adresse du fournisseur ; en tête de la facture il est écrit Cité Bourefref et sur le cachet Cité Dubaï sans aucune autre information.  Revenant au bilan de M. Ouadi et son trésorier, l’argent que j’ai dépensé pour le club a été inscrit comme des dons.

Comment ça comme des dons ?   
Oui, depuis que le compte bancaire de l’équipe fut bloqué sur décision de justice par M. Chakour qui voulait récupérer ses dettes, on opérait en espèces avec des bons de caisse pour payer les joueurs et quelques petits fournisseurs. C’est pour cela que M. Ouadi a essayé de convoquer une assemblée générale de  l’association, en violant la loi régissant l’activité des associations et sans m’informer et ce, pour faire élire un nouveau bureau dont il sera le président. Mais heureusement, la réunion prévue le 13 juillet dernier a été invalidée par la DJS pour non-respect de la loi des associations et une notification m’a été remise datée du 13 juillet 2015 sous le numéro 1451 et signé par le DJS lui-même.   

Avez-vous d’autres affaires à nous dévoiler ?   
Oui, malheureusement, j’ai appris tardivement qu’une transaction contraire à l’esprit sportif a été conclue à mon insu par des gens du widad de Mostaganem. Il s’agit de l’arrangement du match WA Mostaganem- OM Arzew, de l’année dernière comptant pour le championnat de la ligue nationale de football amateur et  qui a été carrément ‘’vendu’’ à l’Olympique d’Arzew (NDLR : ce match a permis à l’OM Arzew d’accéder en ligue 2 professionnelle au détriment de l’Espérance de Mostaganem et du Mediouni d’Oran).

Ce sont des accusations graves que vous portez là ?
Contrairement à l’arbitre Bitam, moi j’ai toutes les preuves. J’ai un enregistrement audio que j’ai remis à mon avocat afin qu’il le présente à la justice.

Qu'est-ce qu'il y a dans cet enregistrement ?
Des aveux clairs de l’une des personnes qui ont pris part à cette scandaleuse transaction en plus de témoins qui confirmeront l’authenticité de l’enregistrement.

Qui est derrière ce scandale ?
Seule la justice dévoilera les noms impliqués, en temps voulu, mais ce que je peux vous dire c’est que les personnes qui ont parlé au nom du widad ont demandé 500 millions de centimes, mais l’OMA leur aurait donné seulement 400 millions en leur promettant de payer le reste en plusieurs tranches.

Par quoi voulez-vous conclure ?
Je dis à M. El Ouadi, s’il est capable de gérer le WAM qu’il me rende mes 830 millions et je lui laisse le club. ‘’Qu’il ne parle pas avec la taille, mais avec l’argent’’. Enfin, je dis aux supporteurs fidèles de l’équipe historique de Mostaganem  que leur club est en danger et qu’ils doivent se mobiliser pour arrêter la descente en enfer, car nous avons un très bon effectif et un très bon staff technique avec qui, on espère accéder en ligue 2 professionnelle, l’année prochaine inchallah.   

Entretien réalisé par Charef Slamani
Mercredi 19 Août 2015 - 18:35
Lu 1720 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+