REFLEXION

Lutte contre l’Etat Islamique en Libye : L’ALGERIE, UN EXEMPLE A SUIVRE


Entre l’Algérie et le terrorisme, il existe une longue histoire. L’histoire de l’Algérie avec la barbarie du terrorisme a été écrite par le sang de près de deux cent mille victimes innocentes, -des terroristes au nom de l’Islam intégriste, agissaient à découvert et tuaient, à sang froid, femmes, enfants, intellectuels, journalistes-, et réécrit aux autres peuples de l’Afrique et du monde entier qui menacés de sombrer dans les guerres civiles, favorisant le terrorisme comme seule issue à leur problèmes, à limage de la Libye et la Syrie , pour qu’ils prennent leçon de l’expérience de l’Algérie . Dix années d’horreurs et de combat, l'Algérie a vaincu le terrorisme et elle s’impose aujourd’hui comme l’exemple à suivre et l’expérience réussie à adopter.



 En effet, les pays en conflits, ont compris la leçon, voir le cas du Mali, qui après l’échec des différentes  approches  de paix, sous la direction de l’ONU, le Maroc, la France, et autres, il n’a trouvé la paix que chez son voisin l’Algérie. Pour preuve, le dernier accord de paix signé à Alger sous la direction algérienne. Aujourd’hui, la Libye, suit la trace du Mali, et opte pour un congrès de paix sous la gérance de l’Algérie. La preuve, après quatre années de déchirure interne, depuis l’éviction de Kadhafi, le peuple libyen, n’a pas gouté l’espoir d’une paix stable. Ni l’intervention militaire de l’occident, ni les négociations  de paix apportées par la France, l’Italie, l’Égypte ou encore le Maroc, n’ont apportés leur fruit. Alors le pouvoir provisoire libyen, menacé par un séisme djihadiste,  a compris  enfin que seul, l’Algérie, est son sauveur, ainsi il demande officiellement  au gouvernement algérien de faire le médiateur entre les frères ennemies en Libye.
En effet, au moment où la Libye s’est enlisée dans le bourbier terroriste de Daech, et à l’heure où la Tunisie sécurise ses frontières avec l’aide de l’armée algérienne  qui a vaincu les terroristes, l’Algérie a bravé avec courage, les groupes terroristes du GIA,AIS, GSPS et actuellement,  Djound El Khaifa ( État Islamique), s’imposent maintenant  comme l’exemple à suivre et l’expérience réussie à adopter. Tout simplement, parce que les algériens ont réussi, par leurs propres moyens, grâce à leur génie légendaire et à leur sens d’imagination et de créativité, à éradiquer l’hydre terroriste, à marginaliser ses têtes pensantes et à mobiliser le citoyen lambda pour en faire le combattant moderne, à l’instar de ses aïeuls qui ont expulsé la France coloniale de ses terres et obligé les collaborateurs qui ont vendu leurs âmes et consciences aux colonisateurs à suivre ces mêmes colonisateurs pour chercher un refuge dans l’hexagone où ils ruminent jusqu’à aujourd’hui, leur traîtrise et leurs basses manœuvres contre les nationalistes de leur pays. Et l’Algérie a réussi sans recourir à l’aide étrangère ou quémander l’appui des Américains ou des français, lesquels guettaient la moindre opportunité pour faire débarquer leurs troupes sur le sol algérien. Ils n’ont pas sollicité également le soutien des régimes du Golfe parce qu’ils savaient que les émirs du pétrole ont toujours fait double jeu même avec les Américains, leur protecteur attitré. Ils étaient convaincus, en outre, que les intérêts des prétendus opposants à la nébuleuse intégriste s’imbriquaient avec ceux des « frères musulmans » fabriqués  par les mêmes puissances. De nos jours, avec le «printemps arabe » devenu, en moins de quatre ans, une véritable catastrophe mondiale, grâce aux parrains des intégristes, les Algériens n’ont pas changé d’un iota. Ils sont toujours déterminés, à préserver, par eux mêmes, leur souveraineté et surtout l’indépendance de leur décision nationale. Et les exemples ne manquent pas. D’abord, sur les frontières tuniso-algériennes, ils ont mobilisé près de quarante mille soldats dirigés par la fine fleur des commandants ayant déjà terrassé les terroristes du GIS. Et ces soldats ainsi que leurs commandants ont déjà contribué à dévoiler plusieurs opérations terroristes qui visaient les villes du Kef, Kasserine et autres… Partant du principe selon lequel la sécurité de l’Algérie et celle de la Tunisie constituent un tout indivisible, ils ont décidé d’outrepasser les tergiversations des gouvernements tunisiens de la Troïka I et II, voir leur refus de collaborer pour traquer les terroristes et les arrêter avant qu’ils ne passent à l’action. Avec l’avènement de Béji Caid Essebsi à la présidence de la République et Habib Essid à celle du Gouvernement, la coopération sécuritaire, sur terrain, a gagné en qualité et les résultats ne se sont pas fait attendre. Sur les frontières algéro-maliennes, l’armée algérienne veille aussi à dévoiler plans sordides des Daéchistes qui cherchent à s’infiltrer sur le sol algérien pour rejoindre la Libye ouverte désormais à tous les apprentis semeurs de mort. Diplomatiquement, l’Algérie réputée pour son refus catégorique de toute intervention militaire étrangère dans un pays arabe ou africain quelconque, poursuit la mobilisation de son appareil diplomatique en vue d’une solution pacifique à la crise libyenne et au bourbier malien. Une solution qui sera l’aboutissement d’un processus de dialogue regroupant les différents belligérants, sous les auspices de l’Organisation des Nations Unies (ONU), dans le cadre du strict respect de la légalité internationale et des résolutions Onusiennes et surtout de la consécration du droit absolu des peuples à disposer d’eux mêmes et à décider de leur devenir.
 

Riad
Jeudi 5 Mars 2015 - 12:33
Lu 1256 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+