REFLEXION

Le transfert des malades à l’étranger : L’algérien face à l’inégalité

Le droit à la santé et
l’égalité des chances pour toute la population dans le sens que chaque individu, femme, homme ou enfant quelque soit son niveau social a le droit d’être traité avec dignité et respect, et a le droit d’évoluer dans un état de complet bien-être physique, mental et social. Ce droit garanti par le Fonds des Nations Unies pour la population et l'Organisation mondiale de la Santé représente une chimère en Algérie.car ce droit absolu profite à certaines catégories sociales. Les classes moyennes et démunies en sont exclues. les cliniques privées qui pullulent dans chaque coin de rue, drainant des compétences avérées ne sont accessibles qu’à ceux qui peuvent verser des sommes colossales,
les soins à l’étranger sont l’apanage de ceux qui entretiennent des liens solides avec quelques hauts responsables au niveau des centres de décisions .En dehors de ce contexte, les malades gravement atteints ont le temps de mourir en cherchant longtemps une place dans un hôpital ou en attendant que ce dernier se dote de médicaments et de matériel approprié.



Le transfert des malades à l’étranger : L’algérien face à l’inégalité
Le déni de droit à la santé et à l’égalité des chances
Entre hôpitaux privés  et quête pour un transfert à l’étranger, le malade subit toutes les tribulations possibles et inimaginables au détriment de sa maladie,  sans jamais ou presque, obtenir une faveur. Les décideurs ne semblent pas être conscients de la réalité du terrain ou feignent l’ignorer si l’ont considère les décisions prises par Ould Abbès qui affirmant « qu’en raison de la disponibilité des compétences et des moyens en Algérie, veut réduire au maximum les cas de malades éligibles au transfert pour des soins à l'étranger ». Avant d’avancer une telle bourde a-t-il fait un tour dans quelques hôpitaux publics qui jonchent de malades gravement atteints tels les cancéreux dont le nombre est effarant et devant lesquels les médecins restent impuissants malgré leur compétence, celle dont parle le ministre de la santé . Avec toute les compétences du monde, les médecins ne peuvent rien devant certains états de fait tels la rareté des places difficiles à obtenir dans les hôpitaux. Les rendez-vous pour la radiothérapie  qui s’étalent sur plusieurs mois. Des ruptures de médicaments et des pannes d’appareils de radiothérapie aggravant la souffrance de nombreux malades tels ceux  atteints de pathologies rares. Les demandes faites par les hôpitaux pour l’importation de médicaments destinés au traitement de certaines maladies graves n’aboutissent souvent pas, malgré le budget colossal de plus de 4 milliards d’euros réservé au ministère de la Santé. Ceci avait fait réagir Des responsables au Centre Pierre et Marie Curie (CPMC), ont tiré récemment la sonnette d'alarme. Sur 44 000 nouveaux cas de cancer enregistrés chaque année en Algérie, 28 000 nécessitent un traitement par radiothérapie. Sur ces 28 000, seuls 8 000 malades sont traités par radiothérapie, faute de moyens. Ceci, en plus des autres pathologies. Il est impossible de cacher le soleil avec un tamis. On ne peut pas justifier le fait de réserver l’argent de la CNASS et du ministère de la santé, destiné au transfert des malades à l'étranger  à quelques privilégiés par cette justification vide de sens car la réalité est là pour démentir tous ces subterfuges.

Les tribulations des malades en quête à une prise en charge à l’étranger
Des malades  en détresse, atteints de maladies ne pouvant pas être soignées en Algérie donc nécessitant une prise en charge à l’étranger, se perdent dans les dédales de l’administration faisant face à moult obstacles alors que se décident des transferts en un clin d’œil pour des personnalités ou connaissances et familles de ces personnalités. À moins d’un miracle ou d’une chance inouïe ; On a vu rarement des pauvres bénéficier de soins à l’étranger. Le journal El Nahar  avait rapporté le cas  de la petite Alia, décédée pour cause de refus, par la commission, de lui permettre des soins à l’étranger. La pauvre Alia est morte sous les yeux de l’équipe médicale impuissante du CHU Nefissa Hamoud.  Des Allia’s, il y  en a beaucoup, obligés  avec leurs familles de se résigner, et attendre la mort. Le même journal rapporte le cas d’un chef de service d’un CHU à Alger qui  a  bénéficié de soins à l’étranger (à l’hôpital Pompidou ) pour une petite hémorragie à l’estomac ainsi que  des cas de personnes  cités par des milieux hospitaliers, ayant bénéficié de soins à l’étranger alors que leurs cas étaient sans gravité pendant  qu’ à l’hôpital Mustapha Bacha, pour ne citer que cet hôpital, les cancéreux agonisent, faute de médicaments et de matériels approprié . Nombreuses sont les personnalités qui profitent du système pour se rendre dans des hôpitaux parisiens ou suisses où les de séjour sont  au frais de la princesse. Si l’on vente tellement les compétences locales pourquoi ces nanties préfèrent se faire soigner ailleurs ? Pourtant cette même élite peut jouir des services de l’hôpital militaire d’Ain Naadja dont la réputation est des plus avérés. Mais paradoxe pour ceux qui ne font confiance qu’à des médecins d’ailleurs, souvent dans les hôpitaux français ou européens ce sont des médecins algériens exerçant  à l’étranger, établit à Paris où en Europe  qui prennent en charge ces malades. C’est  donc le système de santé qu’il faut revoir. Les privilégiés vont en France à la recherche de ce qui fait défaut en Algérie. L’organisation et la rigueur. Que coutent cette prise en charge à la CNAS ? Pour assurer les soins et les convalescences aux titulaires d’une prise en charge, la CNAS doit mettre le prix. Les frais varient selon les pathologies ou les interventions : pour une vésicule biliaire il faut compter 5975euros, une intervention sur le foie 9734 euros, une transplantation rénale 15715 euros, cardiaque 53281 euros.

Les soins à l’étranger, une chasse gardée des nantis du régime, et des employés de Sonatrach
Les  nantis du régime bénéficient d’une prise en charge totale délivrée par la CNAS, les militaires disposant eux de leur propre caisse sociale. Par ailleurs alors que les algériens peinent à se faire soigner correctement Sonatrach s’offre les meilleurs hôpitaux français pour les soins médicaux de ses salariés. La presse(TSA) a rapporté que « Le groupe pétrolier public a attribué dernièrement un contrat de « prestation de transfert, de prise en charge médicale et d’assistance des patients à l’étranger » au Centre méditerranéen de diagnostic (CMD) pour 41 millions d’euros. Présent à Paris et à Montpellier, le CMD assure une prise en charge médicale de haute qualité dans les meilleurs hôpitaux de France et peut mettre à la disposition de ses clients des avions médicaux pour le rapatriement des malades.
Le communiqué de Sonatrach annonçant l’attribution de ce marché à cette entreprise française ne donne aucune précision sur la durée de ce contrat ni sur les personnes bénéficiaires de ces prestations de haute qualité dans un pays où l’accès au soin est devenu de plus en plus difficile pour le simple citoyen. Notons que la conclusion de ce contrat intervient dans une conjoncture particulière marquée par la détérioration du secteur de la santé en Algérie : manque de médicaments, hôpitaux surchargés, transfert des malades à l’étranger de plus en plus difficile à cause du conflit entre la Cnas et les hôpitaux français sur le paiement de factures de soins de malades algériens (Les impayés de la CNAS seraient de 34 millions d’euros selon la partie française)  et du refus des autorités de lever l’interdiction de transférer à l’étranger les patients atteints de maladies graves, notamment de cancer, etc.
Du coup, les salariés de Sonatrach sont favorisés par rapport aux Algériens qui ne travaillent pas au sein du groupe pétrolier. Pourtant, Sonatrach tire sa richesse de l’exportation massive des hydrocarbures qui appartiennent à tous les Algériens. Les salariés des autres entreprises, publiques et privées, n’ont ils pas le droit d’accéder eux aussi à des soins à l’étranger lorsqu’ils tombent malades ou lorsqu’ils sont victimes d’accidents de travail ? Outre cette discrimination dans l’accès aux soins, le montant du contrat – 41 millions d’euros – pourrait permettre à Sonatrach de  construire une clinique moderne pour soigner ses salariés et, éventuellement, d’autres malades algériens.

Les grands malades livrés à eux mêmes
Au vu des conventions bilatérales sur les soins de santé qui lient les deux pays depuis 1981, 430 malades, sélectionnés par les membres de la Commission médicale nationale (CMN) qui statuent sur les transferts des malades à l’étranger, ont été transférés  en France, durant l’année 2011.
A qui ont profité donc les 34 millions d’euros d’impayés objets du  contentieux ?  Les services consulaires de France ont délivré 1000 visas en 2011 pour soins à l’étranger, pris en charge par la CNAS, la Caisse militaire et la Caisse de sécurité de Sonatrach. Près de 60% des accords de prise en charge acceptés concernent donc les militaires et les employés de Sonatrach, rapporte el watan alors que  des malades de plus en plus nombreux lancent des SOS à travers les journaux ou par le biais de face-book  afin de collecter des sommes leur permettant d’assumer le règlement d’interventions chirurgicales onéreuses.
Ces appels de détresse trouvent souvent des répondants parmi les citoyens et les âmes charitables mais la solution devrait se trouver ailleurs, au niveau du ministère de la santé car le contentieux entre la France et la CNAS ne peut porter préjudice qu’aux classes fragiles de la société et  dramatique pour ces milliers de malades, qui ne peuvent être soignés en Algérie.
Les  pages qui se multiplient sur facebook contenant des messages tel que : «sauver x», «sauver y », «sauver z » à n’en plus finir, sont la preuve intangible de l’ampleur de ce drame médical dans lequel ces malades sont tous livrés à eux-mêmes  et se battent pour faire entendre leur voix en appelant à la  solidarité populaire se sentant délaissés par le système voire otages d’une gestion mal réfléchi. Ces sommes colossales payées aux hôpitaux étrangers pourraient servir à rapatrier les médecins et spécialistes algériens qui par leur performances font la renommée des hôpitaux français et autres et doter  les structures hospitalières de tous les moyens et équipements qui inciteraient nos médecins à donner le meilleur d’eux même, et pourront dans ce cas rivaliser en compétence avec les hôpitaux étrangers. Ils en sont capables car ils ont déjà fait leurs preuves là où on a su les valoriser.

Allaa.A
Jeudi 26 Avril 2012 - 13:10
Lu 5456 fois
A LA UNE
               Partager Partager


1.Posté par londiche le 26/04/2012 16:42
Pourquoi ni votre journal, ni aucun journal algérien, mis à part Le Soir d' Algérie qui, d' ailleurs n' en parle plus depuis longtemps, n' ont-ils jamais parlé de ROMAÏSSA, cet enfant de Chlef opérée, soignée et sauvée en France et qui, trois ans après, se trouve toujours en France avec sa maman ?

2.Posté par Ghodbane3labladi le 27/04/2012 00:54
Le citoyen lambda se trouve aussi pénalisé par l'aisance financière de l'Algérie car il ne peut plus prétendre à la charité internationale. En effet, de nombreuses associations caritatives comme Mécénat Chirurgie Cardiaque qui permet à des enfants de pays défavorisés atteints de malformations cardiaques de se faire opérer en France disent que l'Algérie dispose des moyens nécessaires pour prendre en charge les frais médicaux de ses ressortissants.

3.Posté par Ghodbane3labladi le 27/04/2012 01:00
Autre injustice : Le citoyen lambda se trouve aussi pénalisé par l'aisance financière de l'Algérie car il ne peut plus prétendre à la charité internationale. En effet, de nombreuses associations caritatives comme Mécénat Chirurgie Cardiaque qui permet à des enfants de pays défavorisés atteints de malformations cardiaques de se faire opérer en France disent que l'Algérie dispose des moyens nécessaires pour prendre en charge les frais médicaux de ses ressortissants.

4.Posté par $$$$$$$$$$$ NOUR EL-ANOUAR €€€€€€€€€€€€€€€€ le 27/04/2012 08:54


@.. ROMAÏSSA A PARFAITEMENT RAISON ...QU'EST CE QU'ELLE VIENT FOUTRE DANS CE PAYS DE MORT-VIVANTS DONT ELLE A GARDé QUE DES CAUCHEMARS ET DE MAUVAIS SOUVENIRS....???? .VIVE LA FRANCE ET VIVE L'EUROPE !!!!

5.Posté par londiche le 29/04/2012 11:15
Monsieur le Directeur du quotidien algérien "Réflexionn",
Je vous remercie très sincèrement pour la validation du commentaire que j' ai posé sous l' article "Le transfert des malades à l’étranger : L’algérien face à l’inégalité".
Aujourd' hui, j' ai constaté que deux autres commentaires avaient été validés mais aucun des deux ne répond à la question de savoir pourquoi la presse algériennenne n' a fait aucun écho au cas de Romaïssa. Certes, ce n' est pas, forcément, d' un commentaire que doit venir la réponse à cette question mais si la presse n' en dit rien qui en parlera ?
Je me dois de vous dire que ces commentaires m' ont quelque peu déçu même si je sais bien, qu' en Algérie, la situation sociale génère beaucoup de mécontentement, voire de frustation.
Mais ce n' est pas en crachant sur leur pays, comme le fait l' auteur d' un commentaire, que les Algériens verront ce pays, libéré au prix d' immenses sacrifices, il y a cinquante ans, s' engager résolument sur la route du progrès pour tous.
Tous les jours je consulte la presse de votre pays, Je la lis avec mes yeux d' aujourd' hui, bien sîr, ,mais aussi avec ceux de mes vingt ans et je vois la différence du pays.
Devant cette différence, je me dis que, vraiment, les combattants de l' ALN et du FLN ne se sont pas battus pour rien.
Et je garde confiance en l' avenir de l' Algérie.
Merci, monsieur le Directeur,d' avoir publié mon commentaire ; cette publication témoigne de votre respect de la liberté d' expression, cette liberté qui, je crois, manque encore trop dans les rapports de nos deux pays.
Avec mes sentiments les meilleurs, je vous adresse, Monsieur le Directeur, mes respectueuses salutations. Georges Londiche.
Blog "Coeurs ouverts France Algérie" à cette adresse : georgeslondiche.centerblog.net


6.Posté par TAZDAIT Aicha le 26/05/2012 01:05
Pas de commentaire, mais juste une question
quelle vie pour ma fille âgée aujourd'hui de 32 ans et dialysée depuis 2004 a la suite d un purpura rhumatoïde. Quelle vie pour son frère qui vient de quitter son deuxième travail (GRTG Sonelgaz) pour absences au motif qu il doit se soumettre à des bilans sans cesse répétés (il est donneur d organe pour aider sa sœur qui dépérit de jour en jour);
cette greffe programmée n'en finit pas de reculer dans le temps et es motifs et les raisons invoquées sont légions.

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+