REFLEXION

FESTIVAL NATIONAL DE LA POESIE : Mostaganem accueille la 4ème édition du ‘’Malhoune’’

Placé sous le patronage de M. le Ministre de la Culture et de M le Wali de la wilaya de Mostaganem, le Festival du « Chiîr Malhoun » ,dans sa 4ème édition, dédié au grand poète « soufi »Sidi Lakhdar Benkhlouf, revient cette fois à Mostaganem pour 4 jours, du 20 au 23 Août 2016. Il se déroulera au niveau de la Maison de la Culture « Ould Abderrahmane Kaki »



C’est ce qu’a annoncé M.Bendamèche Abdelkader, en sa qualité de Commissaire du Festival en question, au cours d’une riche conférence qu’il a donné avant-hier, entre 14h et 17 heures, en présence d’invités de marque et de plusieurs journalistes de la presse écrite et audio-visuelle qui n’ont pas manqué de lui poser quelques questions. En effet, M.A.Bendamèche a brossé un tableau sur les grands évènements culturels qui se sont déroulés au niveau national et qui n’ont pas eu prise d’encrage dans la société algérienne pour diverses raisons complexes. Néanmoins, à l’instar de nos voisins (Tunisiens et Marocains), la poésie dite « Malhoune » s’est imposée d’elle-même comme étant un référent national, il y a de ça près de 4 siècles grâce à un homme, hors du commun, qu’est le défunt « Sidi Lakhdar Benkhlouf » devenu le chantre de la poésie soufie qui le qualifie comme « le conteur du Prophète » (Maddah Ennabi,  q.s.s.s.l). C’est dans cette optique, logique, que le Festival du « Chiîr Malhoune » lui est dédié en hommage à son personnage, ayant vécu au 16ème siècle dans la région du Dahra, pratiquement incontournable dans l’histoire, la poésie et même la musique « Bédouie » ainsi que «chaâbie». Ce festival est aussi une occasion pour rendre hommage au dernier grand chanteur ,disparu, de chanson « Bédouie »,en l’occurrence le défunt ,  « Djillali Ain-Tèdelès »(1930-1995) et hommage aussi au dernier grand Poète de « Malhoune » que fut le cheikh El Hadj Bendenia. M.Abdelkader Bendamèche nous dit que nous avons donné le meilleur de nous-mêmes en dépit d’une disette financière extrêmement difficile et nous espérons réussir un très beau spectacle poético-musical et cinématographique où les déclamations poétiques seront dites par de grands noms de la gente féminine comme, entre-autres : Mesdames Wahida Tayeb Belmehel, Aïcha Boumédiène, Larabi Houria, Souad Lakhdar, Amina Zoheir, Lamia Baatouche et Aîcha Belarbi. Dans la catégorie des Messieurs, des poèmes seront déclamés : ( Pour le Dimanche 21.08.2016) par : Arabi Abdelkader, cheikh Ahmed el Ghiliani, Cheikh Touahri Bendehiba, Khaled Kharroubi, Hammou Beldjillali, Abdelkader Senouci, Djaâfar Khaled, Mustapha Boukharrouba et Mohamed Réda.(Pour le Lundi,22.08.2016),la poésie sera à l’honneur par la voix des poètes Bachi Touhami, Khaled Boukhari, El Houari Bouferma, Abderrahmane Yamouri et Abdelkader Ghlamallah. Pour le dernier jour, soit le Mardi, 23.08.2016, des poèmes seront déclamés par Mrs Gana Abed, Hadj Baïnine, Djador Mohamed, El Hadj Noureddine Benatia. Notons que les journées de ce Festival incluront des projections de films documentaires sur la vie et l’œuvre du cheikh « Djillali Aïn-Tèdelès » avec le cheikh « Chiguer » qui se veut un héritier de premier ordre. Du reste, des conférences intéressantes seront animées par les cheikhs Mohamed Hamaidia,le cheikh Hadj Bouferma,le cheikh El Imam El Habib Benyagoub, le Dr. Ahmed Amine Delaï et le cheikh Khaled Chahlal Yacine . Seront présents d’autres invités tels que les chanteurs renommés, à savoir : Hamidou et Sid Ahmed Zeguiche ; Le cheikh Mâazouz Bouadjadj sera l’invité d’honneur de ce festival. En fait, soulignons que M Abdelkader Bendamèche est un homme de culture encyclopédique qui a séduit son auditoire en tant que « Commissaire du Festival National de Chi3r Malhoune ». Il a le mérite aussi de savoir s’entourer d’hommes de très grande qualité comme Messieurs : Khaled Chahelal, Hadj Bouferma et Grine Djillali, entre-autres, pour rester dans le giron de Mostaganem pour des raisons pratiques et conjoncturelles. Pour conclure, disons simplement que Mostaganem entend, dans cette édition de 2016, une fois de plus, rendre hommage au genre « Melhoune » dans sa dimension littéraire, historique, religieuse et civilisationnelle. Ce festival, une fierté pour Mostaganem et toute l’Algérie car il représente l’accumulation, en strates, de richesses culturelles qui se bonifient avec le temps, la qualité de ces hommes et femmes, pour la plupart, épris ardemment, d’un patrimoine dans lequel se ressourcent les âmes bien nées. Ce samedi prochain du 20 Août 2016, date symboliquement significative, à 15 heures, aura lieu l’ouverture de ce festival de la poésie qui est une adresse et un rendez-vous à ne pas manquer.

Réflexion
Mardi 16 Août 2016 - 19:35
Lu 774 fois
CULTURE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+