REFLEXION

Est-il permis au musulman de célébrer son anniversaire ?



Il y a essentiellement trois positions entre les oulémas sur le sujet:
1. Certains oulémas (comme Cheikh faysal al mawlawi, secrétaire du Conseil Européen pour la Fatwa et la Recherche) sont d’avis que la célébration des anniversaires étant une manifestation purement culturelle ou sociale, qui n’a donc aucun lien avec le domaine rituel, elle est tout à fait autorisée.
2. Pour une bonne partie des savants contemporains (indo-pakistanais et arabes), la célébration des anniversaires est une habitude condamnable. Certains de ces oulémas considèrent même que celle-ci relève des innovations blâmable (bid’ah). L’argument le plus probant pour défendre cette position, pourrait être exprimé ainsi: S’il est vrai que ce genre de célébration ne porte pas sur un aspect relevant directement du domaine rituel –et, qu’à ce titre, elle aurait dû en principe être permise, comme détaillé précédemment-, il n’en reste pas moins cependant qu’en matière de détermination des jours de fêtes et de leur célébration, des recommandations précises et des enseignements particuliers ont été énoncés en Islam: Anas (radhia Allâhou anhou) rapporte ainsi que lorsque le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) arriva à Médine, il constata qu’il y avait deux jours durant lesquels les gens avaient l’habitude de faire la fête.
Le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) demanda: « Que sont donc ces deux jours ? » Les gens dirent: « Nous avions l’habitude de les célébrer durant la période de l’Ignorance. » Le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) répliqua alors:
« Allah vous a donné en échange deux jours bien meilleurs que ces deux là, le jour de Ide oul Adha et le jour de Ide oul Fitr. »(Aboû Dâoûd)
Et, comme le souligne Cheikh Khâlid Sayfoullah dans un de ses ouvrages, les musulmans doivent éviter (makroûh) d’adopter les pratiques et les habitudes culturelles des non musulmans .
D’autres (comme Mouhammad ibn Âdam al Kawthari, ont avis plus nuancé; selon eux:
- Si un musulman célèbre un anniversaire et adopte lors de cette célébration des pratiques et des coutumes qui sont propres aux non musulmans, il commet un acte prohibé. Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) a en effet condamné l’imitation des non musulmans dans les pratiques qui leur sont propres et caractéristiques.
– Si la célébration de l’anniversaire ne renferme aucun des ses  aspects sus-cités, et n’implique pas non plus la réalisation d’actes interdits, dans ce cas, s’il s’avère que l’origine de cette manifestation n’est pas liée à une pratique religieuse étrangère à l’Islam (ce qui semble être le cas), celle-ci sera autorisée. Wa Allâhou A’lam !
 

Réflexion
Mercredi 27 Mai 2015 - 15:00
Lu 1884 fois
ISLAMIYATE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+