REFLEXION

ESSAIS NUCLEAIRES FRANÇAIS AU SAHARA ALGERIEN : Les victimes appellent à la révision de la loi française ‘’Morin’’



Le dossier de l’indemnisation des victimes des essais nucléaires français au Sahara algérien revient sur le devant de la scène. Simple coïncidence ou choix délibéré, un  nouvel appel pour la modification de la loi Morin (du nom du ministre français de la Défense sous le Gouvernement Sarkozy) vient d’être lancé par l’Association des vétérans de ces essais en plein commémoration des sanglantes répressions du 17 octobre 1960  à Paris  contre les Algériens. Cette association constate dans un communiqué  transmis à l’APS, que malgré les rapports de l’Assemblée et du Sénat français "sans équivoque quant à l’échec" de l’application de cette loi qui "n’indemnise quasiment personne", le ministre de la Défense reste "totalement sourd" à toute suggestion quelles qu’en soient les origines. Et par conséquent, cette association demande  aux parlementaires de modifier la Loi selon les propositions déjà déposées au Sénat et à l'Assemblée, notamment la prise en compte de la contamination et de la présomption de causalité stricte pour tout le personnel civil et militaire et la redéfinition de la zone d’exposition aux radiations dans le Sahara algérien. L’Aven avait revendiqué et obtenu récemment de la part du ministère français de la Défense la proposition d’étendre le périmètre d’application de loi d’indemnisation à toute la Polynésie.  Pour sa part, Le président de l'association du 13 Février 1960, avait affirmé au forum organisé en février 2012 par le journal Al Chaâb  que «les essais nucléaires effectués par la France coloniale dans la zone de Hamoudia constituent un double crime contre l'humanité et l'environnement.» Se disant horrifié par cette tragédie qui a endeuillé l'Algérie à la veille de son indépendance, Hameul Sid Ameur l'a qualifiée de «crime abominable perpétré dans les confins du Sahara algérien», ajoutant que «c'est une preuve historique encore vivace de l'atrocité des crimes de la France coloniale contre des populations algériennes innocentes.» Est-ce que l’appel que vient de lancer cette association poussera les autorités françaises  à reconsidérer leur position  en particuliers vis-à-vis des victimes algériennes ?  Difficile d’y croire, tant les aprioris politiques restent encore prégnants, s’agissant des relations entre l’Algérie et la France.

Réflexion
Dimanche 20 Octobre 2013 - 22:00
Lu 148 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+