REFLEXION

EPH ‘’BELLATRECHE ADJEL’’ D’AIN TEDELES : Les eaux usées au sous-sol empestent l’hôpital

La situation très critique qui prévaudrait à l’Etablissement Public Hospitalier ‘’Bellatrèche Adjel’’ d’Ain Tedeles a poussé les syndicats des médecins spécialistes et des paramédicaux (SNPSSP-SNP) à tirer la sonnette d’alarme et à demander une commission d’enquête ministérielle pour constater de visu les effets d’une gestion chaotique de l’établissement.



En effet,  il s’agit de l’hôpital d’Ain Tedeles qui agonise sous les décombres et les eaux usées, en ce sens  les photos remises à Réflexion font foi et à notre surprise, cet EPH semble flotter sur un étang d’eaux usées puisque le sous-sol est inondé de tous les liquides rejetés  par les différentes canalisations provenant  des différents services. A noter que la morgue, la cuisine et le groupe électrogène se trouvent au sous-sol à proximité de cet étang des eaux usées ...aucun système d’évacuation n’a été prévu, la canalisation qui déverse ces eaux n’a connu aucune réfection sachant que le couloir d’accès garde sa virginité du temps des architectes suisses mais une porte s’ouvre sur la boite à pandore et c’est le ‘’sujet’’ qui a fait bouger le personnel médical à tirer la sonnette d’alarme...Cet étang des eaux usées est une véritable machine d’insectes (voir photo) qui a des répercussions néfastes sur  l’ensemble de l’EPH et en particulier le service pédiatrie mais à voir cette situation chaotique l’on s’interroge : où est passé le service de prévention ?! Y a t-il des rapports envoyés dans ce sens ?! La réponse est négative et à quelques mètres, il y a un incinérateur mais qui n’est pas opérationnel puisque tous les déchets toxiques sont incendiés la nuit en toute discrétion. Ces déchets hospitaliers sont jetés partout et d’une façon anarchique (voir photo) en soulignant que les odeurs nauséabondes sont suffocantes ...Comment concevoir un EPH au milieu d’ordures ménagères, de déchets hospitaliers et eaux usées ?! Une structure pareille devrait refléter le sens de la santé or, mais ce n’est pas le cas et une simple virée dans tous les services concernés confirmera certainement le volume de cette catastrophe écologique. A-t-on prévu les risques d’incendie puisque les herbes sèches couvent partout et tout près de cet EPH qui accuse un délai de vie de 15 ans après qu’il ait été édifié en 1985. Ce délai a été largement dépassé et l’amiante a connu durant cette période beaucoup  de changements (Cet EPH est bâti en préfabriqué). Par ailleurs, d’autres indices de mauvaise gestion sont exposés au premier venant à l’exemple des pots à plantes qui ont coûté une somme importante au budget de l’EPH et, lesquels cassés sont jetés ça et là défigurant l’esthétique de cet hôpital de 240 lits...l’héritage composé d’eaux usées, de décombres et de déchets hospitaliers selon nos sources va être ‘’légué’’ comme un cadeau empoisonné à une directrice qui ignore la gestion de cet environnement puisque l’administration de l’EPH avec ses années d’expérience se serait retrouvée dans l’incapacité de gérer cet environnement... Une enquête serait salutaire et M. le ministre de la santé  est vivement interpellé à Ain Tedeles par les syndicats SNPSSP-SNP.

Abdelkader Berrebiha
Mardi 28 Juillet 2015 - 18:27
Lu 1022 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+