REFLEXION

ELLE N’EST ASSUREE QUE PAR UN SEUL AGENT : La prestation à la station NAFTAL de Tissemsilt au compte-goutte



 Depuis quelques jours, les citoyens ont du remarquer que la station NAFTAL qui se trouve à la sortie ouest de Tissemsilt est complètement dépassée par le flux quotidien des automobilistes, des désagréments et des incommodassions à longueur de journée et la cause parait insensée au point où certains se sont demandés sur l’utilité de l’investissement engagé dans sa rénovation sans que les prestations de service ne suivent ce grand travail. En effet, selon le chef de station par intérim, les longues files d’attente et la lenteur des prestations sont selon lui justifiées, il se trouve qu’il n y a qu’un seul agent pour satisfaire la demande que se soit en carburants, Sirghaz lubrifiants et butane, un faux prétexte qui ne tient pas debout pour une station qui a été relookée à 100%  et qui a coûté une enveloppe financière d’un peu près de 18 milliards de centimes, cette station étatique qui offrait jadis de multiples services s’est vite fait voir délaissée et abandonnée, de nos jours, elle ne desserve plus ses automobilistes et autres routiers de la façon souhaitée, cette situation a été vérifiée par nos soins en tentant d’acheter deux litres d’huile en vrac pourtant disponible et à notre grande surprise, on nous oriente sur les huiles conditionnées posées sur l’étalage et que l’agent ne peut pas être partout pour servir les gens, c’est explicitement dit ; il y a un manque en personnel et c’est la ou le bas blesse, une nouvelle station gérée par une antenne commerciale qui dépend toujours de Chlef ou de Tiaret sensée rendre d’énormes services aux citoyens mais à constater ce dysfonctionnement et cette défaillance qui ont négativement influé sur son rendement, l’on s’interroge à qui profite cette situation ? Certainement ni aux citoyens qui souffrent de prestations réduites à l’effort d’un seul agent, ni encore à cette station qui visiblement ne fait pas égal à celles détenues par les privés et sans le moindre doute, elle cumule des pertes sèches dont les répercussions seront coûteuses à l’entreprise.          

A.Ould El Hadri
Dimanche 21 Septembre 2014 - 17:47
Lu 135 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+