REFLEXION

Des candidats démissionnent pour tentative de corruption

DES PARTIS QUI NE VENDENT QUE DU VENT A MOSTAGANEM

Dans une lettre adressée au journal Réflexion 3 candidats du « parti patriotique libre » PPL, ont fait savoir qu’ils venaient de démissionner et qu’ils se retiraient de la liste de candidature des prochaines législatives, selon eux, le coordinateur de ce parti a demandé à chaque candidat et au directeur de la campagne électorale de verser 40 000 Da, Dans cette lettre ils dénoncent les agissements et le manque de transparence .



Des candidats démissionnent pour tentative de corruption
Les 3 candidats  de ce nouveau « parti patriotique libre « PPL » qui vient d’être agréé récemment se sont présentés à la rédaction du journal Réflexion munis de lettres de démission, pour dénoncer la main mise du coordinateur de wilaya M. Madani Abderrahmane tête de liste aux législatives du 10 mai 2012. Selon ces 3 candidats démissionnaires : « Ce genre de personnes, ne méritent aucune confiance et sont les premiers à narguer le peuple bien avant d’être élus aussi quelles seraient les conséquences s’ils venaient à êtres élus »  Selon les dénommés Melhaa Krim, Benbernou Hamid et Bentahar Achoura, candidats aux législatives nous ont déclaré qu’ils venaient de démissionner et qu’ils retiraient leurs candidatures des  listes pour les législatives, pour protester contre l’hégémonie du coordinateur du parti qui agit unilatéralement sans consulter la base, du fait des promesses faites à chacun de nous concernant le classement des candidats portés sur la liste électorale. Selon ces candidats, il a fait croire à chacun séparément qu’ils étaient en troisième position sur la liste électorale, alors que ce n’était qu’un subterfuge et des mensonges ce qui est selon nous très grave. Il a demandé à chaque candidat et au directeur de la campagne électorale de verser 40 000 Da,  Cette levée de bouclier a poussé Damou Yazid responsable de l’Organique de déposer quant à lui sa démission pour sa part suite au chantage et aux enchères qui se déroulent au sein du parti, bafouant les règles et passant outre les recommandations du règlement intérieur. Selon  Melhaa Krim , il a voulu nous utiliser comme des lièvres sur une liste biaisée à l’avance afin d’engranger des voix pour lui du fait qu’il est tête de liste . « Aucun débat au sein du parti et aucun programme ne nous a été présenté pour être discuté entre les militants de la base qui ont le droit d’être informés sur les décisions prises au niveau de la direction du parti selon eux. On peut vous dire que depuis, nous nageons dans le floue et à l’aveuglette, c’est la raison qui nous a poussé  à démissionner car nous avons compris que nous étions des pions sur un échiquier politique et que M. Madani voulait à tout prix monopoliser le parti et nous utiliser. Comme si l’air du temps, avait encore besoin de plus de pollution lié aux flux de la compétitivité déficiente,  nous avons en notre âme et conscience retiré nos candidatures,  pour dénoncer cette mascarade et mettre au courant l’opinion publique.

C.Djamel
Jeudi 12 Avril 2012 - 13:25
Lu 1449 fois
A LA UNE
               Partager Partager


1.Posté par chera charef le 12/04/2012 20:45
je remercie vivement c est 3 candidats pour leurs courages de dénoncer cette pratique de corruption au sein de ce nouveau parti!

2.Posté par kaddour le 12/04/2012 22:09
véritable réaction des ouleds el bleds quand ils veulent faire du nif.Bravo .

3.Posté par KAB le 12/04/2012 22:58
Qu'attend la justice pour passer à l 'action et mettre fin à tous ces escrocs notoires qui ont sali l'image de l'Algérie. Je rêve d'entendre quelqu'un parmi tous ces candidats charognards faire la déclaration devant le notaire de renoncer à son salaire et avantages de député et que l'objectif est strictement pour servir son Pays comme l'ont fait les valeureux CHOUHADAS Allah yarham houm.
Je suis certain que la majorité des Algériens (ennes) voteront avec corps et âmes. A bon entendeur
salut. Un citoyen fou de son Pays.

4.Posté par Ghodbane le 12/04/2012 23:17
Excepté les femmes et les hommes qui luttent pour une noble cause sans contrepartie matérielle : militants anti coloniaux, antiracistes.., toutes et tous ceux qui veulent faire carrière politique, vivre de la politique ne m'inspirent pas confiance. Ils en est de même pour ceux qui vivent de la religion. Il n'y a qu'à voir les anti coloniaux algériens, qu'ils fussent militaires ou politiques, ce qu'ils étaient pendant la lutte anti coloniale et ce qu'ils sont devenus après l'indépendance, quand ils ont eu le pouvoir ! Et qu'on ne vienne pas me dire que les candidats à ces élections improvisées et bricolées à la hâte sont les plus compétents et les plus intègres du pays ! Un député français gagne 5000 Euros, soit 4 fois et demi le SMIC français. Combien de fois le SNMG algérien gagne un député faux algérien ?

5.Posté par Ghodbane le 13/04/2012 11:59
Faux député algérien ? Je dirais doublement faux : faux par la manière au moyen de laquelle il accède à la députation et faux par le rôle qu'il joue une fois qu'il est devenu faux député avec un revenu minimum de plus de 16 fois et demi le SNMG algérien. Je dis bien revenu minimum car il faut compter la partie en devises (dont ne bénéficie pas le député français) et d'autres avantages encore : hôtel; restauration, voiture, etc. Et encore, j'ai pris le mauvais élément de comparaison ! Si j' avais comparé notre énergumène à un député Norvégien la différence aurait été astronomique sur tous les plans : revenu, apport au pays, compétence, intégrité. J'ai pris le mauvais exemple car on parle de grandes inégalités en France ! Et chez nous donc ? Il faut une véritable redécolonisation du pays !

6.Posté par Ghodbane le 13/04/2012 23:03
La décision du président Sarkozy de s' octroyer 19 000 Euros de salaire par mois a provoqué un véritable tollé. Pourtant 19 0000 Euros ne représentent que 17, 27 fois le SMIC français. Je laisse les internautes chercher sur le Net "les salaires mirobolants des dirigeants algériens" et se faire une idée par eux-mêmes. C'est une véritable monarchie ! J'ai dénoncé ces inégalités par voie de presse pendant la longue grève des enseignants du secondaire en 2004. Le Chahid de la décennie noire, le grand dramaturge algérien Abdelkader Alloula n'a pas eu tort lorsqu'il fit dire "mamlaka bla malik" à son personnage (qu'il campe admirablement bien lui-même) dans sa pièce " Houmq Salim". Vivement un Jean-Luc Mélanchon algérien pour remettre les pendules à l'heure !

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+