REFLEXION

COMMENT AIDER UNE PERSONNE ATTEINTE DE CANCER ? : Visiter quelqu’un qui est atteint de cancer : conseils à suivre



Avoir de la visite peut remonter le moral d’une personne atteinte de cancer. Votre visite permet également aux aidants de prendre une pause afin de se détendre ou d’accomplir une tâche. Il est assez courant de se sentir mal à l’aise ou inconfortable auprès d’une personne atteinte de cancer, en particulier si elle est ou semble différente.
Vous pouvez aussi avoir pitié de votre ami ou vous sentir coupable d’être en santé. Par égard pour lui, essayez de passer outre tout inconfort que vous pourriez éprouver. Rappelez-vous que le cancer n’est pas contagieux, alors n’évitez pas sa présence alors qu’il a le plus besoin de vous.

Conseils à suivre
-Appelez avant afin de vous assurer que les visiteurs sont les bienvenus. Si ce n’est pas le cas ce jour-là, n’ayez pas peur de proposer d’y aller une autre fois. Ne soyez pas offensé si votre ami se sent trop fatigué, de mauvaise humeur ou malade pour recevoir de la visite.
-Soyez flexible, même si la visite avait déjà été planifiée. Vous pourriez devoir remettre la rencontre si votre ami ne se sent pas bien pour recevoir des visiteurs le jour qui avait été prévu. Soyez sensible aux besoins et aux humeurs de votre ami.
-Ne planifiez pas de visite si votre attention sera détournée ou si vous êtes pressé. Fermez votre appareil mobile lors de la visite et donnez toute votre attention à votre ami.
-N’ayez pas peur de toucher votre ami. Lui serrer la main, lui tapoter le bras ou l’étreindre peut en dire beaucoup plus long que bien des paroles.
-Évitez de porter quelque chose d’odorant (lotion corporelle, parfum, lotion après-rasage, etc.) Il arrive parfois qu’une personne qui reçoit une chimiothérapie soit très sensible aux odeurs.
-Ne croyez pas que vous devez toujours parler. C’est tout à fait convenable de s’asseoir en silence. C’est votre compagnie qui est importante.
-Si vous ne voulez pas parler ni l’un ni l’autre, vous pouvez quand même être une source de soutien en faisant quelque chose avec lui. Proposez la routine ou la tradition à laquelle vous êtes habitués, tout en la modifiant un peu si c’est nécessaire. Vous pouvez, par exemple, aller marcher, regarder la télévision ou un film, écouter de la musique ou vous adonner à votre passe-temps commun. (N’oubliez pas que le cancer ou son traitement peut limiter les capacités de votre ami, du moins pendant un certain temps.)
-Ne restez pas trop longtemps. Vous ne voulez pas épuiser votre ami.

Faire des cadeaux
Certaines personnes aiment donner ou envoyer des cadeaux, mais ne vous y sentez pas obligé. Si vous voulez donner un cadeau à votre ami, pensez à ce qui pourrait lui faire du bien ou l’aider de façon pratique. N’oubliez pas que les exigences du cancer et de son traitement ont peut-être affecté le temps, l’énergie, la concentration et la capacité de se déplacer de votre ami. Les aidants pourraient aussi apprécier les cadeaux et les cartes accompagnés de mots d’encouragement. Voici quelques idées de cadeaux : revue ou livre, musique, DVD, pyjama ou robe de chambre.
Parler à quelqu’un qui est atteint de cancer
Beaucoup de personnes ont peur de dire la mauvaise chose à quelqu’un qui est atteint de cancer. Tout ira bien si vous employez vos propres mots pour montrer votre intérêt et votre inquiétude, pour exprimer des paroles d’encouragement ou pour offrir votre soutien.

Vous pourriez dire :
-Je ne sais pas trop quoi dire, mais je veux que tu saches que je m’inquiète pour toi.
-Je suis désolée que tu passes à travers ça.
-Si jamais tu as le goût de parler, je suis là pour t’écouter.
-Qu’est-ce que tu ressens? (Cela peut aider quelqu’un à commencer à parler plus que si vous lui demandiez : Comment vas-tu?)
-Je pense à toi.
-Tu es dans mes prières.

Ne dites pas :
-Je sais comment tu te sens. (Si vous n’avez pas vécu la même expérience du cancer, vous ne le savez pas.)
-Je ne sais pas comment tu fais.
-Ne t’inquiète pas.
-Je suis sûr que tout ira bien.
-Dis-moi ce que je peux faire pour t’aider. (Soyez plutôt spécifique par rapport à ce que vous pouvez faire.)
-Combien de temps les médecins croient-ils qu’il te reste?
-Je connais quelqu’un qui a vécu la même chose et ce fût vraiment horrible.
-Je me sens si mal face à cette situation. Ça me fait pleurer tout le temps. (Ce n’est pas vous qui allez mal.)            A suivre

 

Réflexion
Mercredi 26 Novembre 2014 - 17:10
Lu 259 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+