REFLEXION

CHEB HASNI : 20 ANS APRES SON ASSASSINAT : Toujours à la Une de la chanson sentimentale

L'annonce de la mort de Hasni le jeudi 29 septembre 1994, il y a 20 ans, a claqué comme une salve dans l'air de la ville d'Oran. Alors qu’il quittait le studio, tout content de son dernier enregistrement, il est retenu devant son domicile vers les coups de 11 heures par son frère Houari qui échangeait avec lui quelques mots sur sa nouvelle denture qu’il a placée dans son nouvel album. Une heure après, à midi , une main inconnue appuie sur la gâchette laissant le rossignol d’Oran gisant sur le sol, la tête et le cou en sang.



A l'hôpital d'Oran où  la victime a été transportée, du jamais vu ! Toute Oran l’attendait, une grande foule des milliers de personnes ont pris d’assaut  l’hôpital  pour voir pour la dernière fois le visage de  leur cher et célèbre chanteur qui a toujours prouvé son allégresse et sa sympathie envers les gens qu'il connaissait et  respectait énormément.
Cheb Hasni, de son vrai nom Hasni Chakroun, surnommé aussi le Rossignol du Raï, est né à Oran le 1er février 1968. Avec ses parents, il habitait le quartier Gambetta d'Oran, sa famille est originaire de la wilaya de Mascara. Il est considéré comme le roi du raï sentimental. Hasni était un joueur de foot il a commencé à l’âge de 9 ans avec l'ASCO. Mais à 15 ans , il s'est blessé où il est resté  à l’hôpital  durant plusieurs semaines, mais quand il est retourné  sur les terrains, son poids avait augmenté, et malgré les encouragements des entraineurs il n'a pas pu continuer son parcours sportif. La première fois que Hasni avait chanté c'était dans le mariage du frère de Kada Naoui où il a interprété El-Marsem  et donc Kada lui a demandé s'il  était intéressé de chanter dans sa boite de nuit "La Guanguette" avec le Groupe Jawhara, il a accepté car il a abandonné ses études avec un niveau de 4ème année moyenne (CEM Kabatti Bachir), et la découverte de Cheb Hasni  a était  faite par Mohamed Saint-Crépain. En 1986, Hasni Chakroun enregistre sa première cassette avec l’édition Saint-Crépain dans laquelle il interprète trois chansons en duo avec la chanteuse de raï Chaba Zahouania. Chanteur adulé par la jeunesse en Algérie, Cheb Hasni aime chanter l'amour sentimental. Il est l'auteur de plus de 130 albums en 8 ans. Le 29 septembre 1994, il est assassiné dans son quartier d'Oran (Gambetta) à l'âge de 26 ans.
La main du GIA
Cheb Hasni, Hasni Chakroun de son vrai nom, était l'étoile montante du raï et trouvait son public en France autant qu'en Algérie. Quelques jours après sa mort le GIA, le Groupe islamiste armé, revendiquait l'attentat dans son bulletin clandestin. Le tract, stipulait que le chanteur était aux yeux du GIA «un ennemi de Dieu qui propageait le mal dans le pays». Il faut évidemment se remettre dans ce contexte historique trouble. Le FIS, avait vu sa victoire électorale invalidée par l'État et les attentats endeuillaient chaque semaine le pays. Ses membres estimaient alors que le Raï, représentant la joie de vivre et la fête pour ses fans, était le symbole d'une culture dévoyée.Durant la décennie noire, les responsables terroristes du GIA( groupe terroriste islamiste),  , l’AIS ( armée islamique du salut) et les émirs du FIS( front  islamique du salut ) visaient les intellectuels , les artistes, les journalistes et les chanteurs les plus populaires , afin de faire parler d'eux, c'était en quelque sorte leur propagande basée sur la création d'un climat de terreur et de psychose, dans le but d'être reconnus, craints et respectés. Comme le chanteur Kabyle Matoub Lounes assassiné aussi au sommet de sa gloire, l'assassinat de Hasni était un gros coup médiatique en leur faveur. Le 29 septembre 1994.À midi pile au quartier de Gambetta, Hasni, adossé à un poteau électrique, devant sa voiture garée, prés de son domicile, qui attendait son frère Houari  pour deviser joyeusement avec lui la joie de la réussite de son dernier album. A ce moment, un jeune homme, le crâne rasé, bien habillé, emmitouflé dans une Jacket l’appelle. Croyant qu’il s’agissait d’un admirateur, il se détache de son frère  pour aller à sa rencontre, le jeune homme le prend par l’épaule et sans dire un mot, lui plaque le canon d’un « fusil à canon scié », sur le cou , il crie ‘‘Allah Akbar’’, puis tire par deux fois avant de prendre la fuite. Hasni s’écroule. Son agresseur s’engouffre dans une Renault 12 qui l’attendait à quelques mètres du lieu du crime. Ils étaient trois dans le véhicule. Selon les informations, Ils seront abattus quelques mois plus tard. Hasni succombera au cours de son transfert à l’hôpital. Le  Groupe islamique armé (GIA) a été fondé en juin 1992  par l’émir terroriste  Cherif Gousmi, alias Abou Abdallah Ahmed, dont le but apparent est de renverser le gouvernement algérien pour le remplacer par un État islamique. Après la dissolution du FIS , le GIA se lance dans la lutte armée, ses activités se caractérisent par la violence, les attentats et par une position intransigeante exprimée dans sa devise « Pas de dialogue, pas de réconciliation, pas de trêve ».Rappelons qu’en novembre 2009, la veuve de Cheb Hasni avait adressé une requête au président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika pour lui demander  la relance de l’enquête sur l’assassinat de son mari, avant de déposer une plainte contre X devant le procureur de Perpignan en France.

Riad
Samedi 27 Septembre 2014 - 17:32
Lu 11268 fois
CULTURE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+