REFLEXION

CES MAUVAIS MAIRES QUI FREINENT LE DEVELOPPEMENT LOCAL… ! : Mostaganem victime de ses élus

Faut-t-il mettre en place à l’avenir des comités de surveillance au niveau de chaque mairie pour contrôler la gestion des biens publics afin d’éviter le chaos qui menace certaines communes qui ont connu de grands scandales de gestion comme c’est le cas malheureusement des APC de Mostaganem, Achaacha , Tazgait, Ouled Boughalem, Safsaf et Sayada, où les mauvais élus ont joué le rôle d’acteur principal dans les détournements de deniers publics mettant l’avenir des communes et des citoyens en danger..!



Ces communes victimes d’une gestion méprisable, trahis par ses propres enfants (élus) , tant dénoncées par les citoyens et les médias, pourront –elles aujourd’hui trouver le chemin du développement après que leurs caisses soient presque séchées et le pays traverse un intervalle  financier difficile.Des mesures ont été prises contre certains élus accusés de mauvaise gestion par l’actuel wali tels que l’éviction des maires poursuivis en justice et la réactivation des commissions de contrôle de l’inspection de la wilaya à travers les 32 communes de la wilaya, ainsi que le dégel des conflits politiques qui ont cohabité certaines APC tels que l’APC  de Stidia et Ouled Boughalem dans  l’espoir d’ effets bénéfiques pour éviter le freinage de tout développement dans ces communes… Mais la faute incombe toujours au citoyen qui a mal choisi son représentant dans la commune !En effet, le mauvais choix d’un maire à la tête de la commune de Mostaganem ou dans d’autres communes de la wilaya ne peut hélas être au final qu’un retard considérable et un frein au développement de la ville. Cela engendrerait un blocage et un gel des activités communales aux conséquences désastreuses sur la gestion de la mairie de la localité compétente ou autre. Un tel constat intervient lorsqu’il y aurait des disfonctionnements et défaillances dans les mécanismes de l’administration locale dues le plus souvent à l’incompétence, la négligence et également à la mauvaise foi de quelques élus très ‘’ mauvaisement sélectionnés’’. Dans un tel cas de figure, il serait déplorable et même regrettable de constater une certaine légèreté dans la gestion de certains biens publics, dont la mauvaise prise en charge des doléances des citoyens et de  tout ce qui s’associe à l’environnement, à la construction des communes, aux réalisations de projets avec beaucoup de dépenses budgétaires qui seraient ‘’inutiles’’ etc…  Pour y remédier, il faudrait un relèvement, un renforcement de la sélection dans les qualités des compétences humaines très acquises permettant aux services publics de s’épanouir et d’être mieux gérés à l’avenir dans le cadre d’une meilleure promotion en matière d’un développement économique urbain plus compétitif et mieux rentable au niveau des municipalités, dont celles balnéaires, à caractère touristique et agricole. Le citoyen souffrant d’un retard considérable dans la gestion relative aux affaires courantes de la commune en matière de développement des commodités pour un meilleur cadre de vie de son quotidien, se rendrait compte mais malheureusement un peu trop tard du mauvais choix de l’élu désigné pour gérer la ville, de par son incompétence, et parfois de par sa mauvaise foi, et dont les conséquences gravissimes et désastreuses ne se feront pas attendre longtemps avec leurs effets nuisibles sur le développement de la région et qui pourrait causer un préjudice énorme à la wilaya en matière de finance, de sauvegarde de patrimoine, d’entretien de l’environnement, de réalisations de projets etc…
A QUI LA FAUTE ?
Quand finalement le voile est levé, tout le monde essayera de trouver le coupable idéal remettant en cause le mauvais choix ‘’sélectif’’ et ‘’erroné’’ de l’individu ‘’usurpateur’’ qui aurait osé par un tour de ‘’passe- passe magique’’ à s’infiltrer dans le monde politique, trompant la vigilance des partis, et la population avec la bénédiction de quelque ‘’Beni  oui  oui’’ à son actif, détruisant sans remord ni regret, ce qui a été construit pendant des années, voire des décennies par des nationalistes de grandes valeurs animés de bonne volonté. Vient le temps de la culpabilité, et il faudra répondre aux questions : A qui la faute alors ? Qui est mis en cause ? Par qui le scandale commence ? Quand il est tard d’y remédier à la situation catastrophique créée, des voix s’élèveront, et le candidat malintentionné qui se serait porté candidat serait pointé du doigt, alors qu’il aurait dû être ‘’éligible’’ dès le départ et ce par son incompétence administrativement, de par son inexpérience en formation politique et même de par son militantisme douteux et peu crédible. L’honnête citoyen leurré, dupé et trompé, se retourne contre le parti politique ou l’administration pour lui faire coller la responsabilité … La faute ‘’consommée’’ les électeurs devront eux aussi se mettre sur la sellette car ils n’ont pas choisi l’homme idéal pour gérer convenablement leur mairie. Et ce mauvais choix est le résultat aujourd’hui d’une gestion accablante et contestante, avec tout un bilan d’anomalies : irrégularités, corruptions, dilapidation de deniers publics, saleté et massacres écologiques … autant de qualificatifs employés pour décrire la situation déplorable que vivent aujourd’hui la majorité de nos communes.La remise en question de la non-participation de la société civile et des citoyens honnêtes dans la gestion de leur commune et le divorce politique des intellectuels de la ville, a laissé  la place vide aux escrocs et aux illettrés pour s’accaparer des postes de maires, vices maires et délégués dans le seul but ‘’gérer leur intérêts au détriment de la commune’’.Aujourd’hui cette vache laitière de la commune avec la crise financière que traverse le pays, n’est plus généreuse, et avec la justice qui est aux portes de plusieurs élus corrompus … et les frais des réparations des dégâts commis par les ex-élus éloignés, ces communes pourront –elles défier les difficultés et servir de nouveau le citoyen !

 

Benyahia Adda
Samedi 28 Novembre 2015 - 17:30
Lu 689 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+