REFLEXION

RENTREE SCOLAIRE 2019-2020 : La course aux fournitures scolaires est lancée à Mostaganem

De nouveau et juste après la fête de l’Aïd El Adha, les citoyens sont appelés à faire face à d’autres dépenses si élevées pour la scolarité de leurs enfants. À quelques jours de la rentrée des classes, fixée pour le 4 septembre, tabliers, cartables et fournitures scolaires exposés sur les étals et quelques parents ont pris une longueur d’avance pour aller à la quête d’articles à bon marché.



Avec ou sans liste scolaire,  ces derniers  préparent déjà la rentrée de leurs enfants. À l’affût des meilleurs prix, ils comparent les articles avant d’effectuer leurs achats. Après les dépenses de l’Aïd, les budgets sont serrés. Dans les magasins et aux alentours des marchés, au centre ville, Ain Sefra , l’apparition des cartables et des blouses sonnent la fin des vacances, à des prix imbattables tient à le faire savoir.  Les affiches collées « Khabar 3adjil » ‘Info urgente’ attirent une foule excitée qui joue des coudes pour arriver à la caisse. C’est la ruée vers les cahiers, trousses, stylos, compas, équerres. “Ici, c’est nettement plus abordable qu’ailleurs”, lâche un père de famille. “J’ai trois enfants au primaire et je dois faire attention à mes dépenses si je veux arriver à boucler tous mes achats”. Au niveau de la rue de Lion, les vendeurs à la sauvette proposent tabliers et cartables, en surveillant d’un œil le bout de la rue. La peur de voir des policiers surgir et saisir leurs marchandises les rend nerveux. Ici les prix sont moins élevés qu’en boutique. Les tabliers pour filles et garçons des tabliers roses et bleus coûtent entre 500  et 1000 dinars, selon la taille. Quant aux cartables “made in China”, ils s’affichent entre 1200 et 1700 dinars. Les parents aux bourses modestes refusent de céder aux caprices de leurs enfants. «  Les temps sont durs. Le Ramadan, les vacances d’été et  l’Aïd nous ont laissés sur la paille. Je préfère que mes enfants ne m’accompagnent pas quand je fais ce genre de courses. Ils sont tentés par les marques. Obéir à un effet de mode n’est pas dans mon budget », nous révèle une dame. Par ailleurs, chez les  bibliothèques et les magasins, les articles scolaires siglés Maped sont très chers : 180 dinars le cahier de 192 pages et 215 dinars celui de 96 pages. Les crayons de couleur sont vendus entre 400 dinars  et 1500 dinars, les ardoises entre 220 à 950 da,  les protège- cahiers : 30 da, les stylos entre 30 et 70 da, les registres entre 420 et 550 dinars  et les trousses jusqu’à 2600 dinars. Après les dépenses occasionnées par l’Aïd El Adha, les budgets des ménages vont devoir affronter une nouvelle saignée : celle de la rentrée scolaire. Un véritable casse-tête chinois pour les familles modestes ayant plusieurs enfants scolarisés.

Yacine Gana
Vendredi 23 Août 2019 - 18:53
Lu 391 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 19-09-2019.pdf
3.6 Mo - 18/09/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+