REFLEXION

PRIVATISATION DES ENTREPRISES PUBLIQUES : La Présidence dit non

Une directive présidentielle vient d'être adressée au Premier ministre, Ahmed Ouyahia, rejetant catégoriquement toute privatisation ou aliénation de tout ou partie des actifs des entreprises publiques, a rapporté le site Algérie1. La directive, selon la source, précise que cette injonction concerne autant les grandes que les petites entreprises publiques.



La directive présidentielle se veut, selon la même source, comme une réponse cinglante au bradage annoncé, d'autant que la précédente opération, au début des années 2000, a été un fiasco total puisqu'elle a permis des ventes au dinar symbolique, ce qui a permis aux bénéficiaires de les revendre au prix fort en s'octroyant de mirifiques plus-values et le cas de Naguib Sawiris, qui a revendu deux cimenteries, acquises en 2007, au français Lafarge, en est le plus emblématique. Il est à rappeler que lors d’un meeting animé à Tizi-Ouzou, le secrétaire général du FLN s’en était pris à son «allié» du RND, Ahmed Ouyahia, qu’il soupçonne de vouloir privatiser les entreprises publiques. «Nous allons nous opposer de toutes nos forces à la privatisation des entreprises publiques», avait déclaré Djamel Ould-Abbès qui promet de «protéger les emplois» et «les salaires des travailleurs». «Le FLN défendra le secteur public quel que soit le prix à payer», a ajouté l’homme, habitué aux sorties polémiques. Réponse du berger à la bergère : à partir de Tiaret où il animait un meeting électoral, le secrétaire général du RND avait indiqué que «l’Etat n’a pas l’intention de privatiser les entreprises publiques, particulièrement les entreprises stratégiques». C’est en fait un éclaircissement à la lecture d’une instruction envoyée par le Premier ministre aux responsables des entreprises publiques. La note a été interprétée par des journalistes et des analystes comme une volonté des autorités de préparer la privatisation de certaines entreprises publiques. Cette réaction de la Présidence à la grande messe récemment organisée au siège de l’UGTA constituerait un désaveu cinglant pour Ouyahia qui file le grand amour avec le FCE au point de se passer de tout feu vert présidentiel, note encore la source.

Ismain
Vendredi 12 Janvier 2018 - 17:06
Lu 833 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 16-08-2018.pdf
2.96 Mo - 15/08/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+