Licenciement pour abandon de poste : ce qu’il faut savoir 

L’abandon de poste est un manquement aux dispositions de son contrat de travail. Il s’agit d’une absence injustifiée et prolongée de l’employé, quittant son poste de travail du jour au lendemain, sans préavis ni communication d’un éventuel retour. Le licenciement pour abandon de poste constitue un licenciement pour faute grave et suit une procédure stricte : Faisons le point là-dessus.

Qu’est-ce que c’est ? 

L’abandon de poste est une situation au cours de laquelle une situation d’absence injustifiée et surtout prolongée d’un salarié est constatée. Du jour au lendemain, il ne s’est plus présenté sur son lieu de travail, et surtout ne mentionne pas à son employeur de la date d’un éventuel retour.

Il faut savoir que le salarié doit toujours rendre des comptes à ses dirigeants du moment qu’il est lié à lui via un contrat de travail.

L’abandon de poste, avant la fin de contrat, est un manquement grave dont la sanction est le licenciement sans indemnités. Toutefois, selon la convention collective, l’employeur doit suivre une procédure stricte avant de l’invoquer. 

Quelles sont les conséquences d’un abandon de poste et d’un licenciement justifié ?

Une sanction disciplinaire et une procédure de licenciement

Quand il est volontaire, l’abandon de poste est un acte qui n’est pas du tout négligeable. Semblable à une absence injustifiée, il vous expose à de sévères sanctions disciplinaires. En effet, le fait de ne pas se rendre au travail sans motif valable, justifie un licenciement pour faute grave. De plus, en CDI, cet abandon de poste n’est pas une rupture normale du contrat de travail.

Nonobstant de l’ancienneté du salarié, le manager ainsi que l’employeur doivent prendre des dispositions strictes.

La perte de revenus

Vous pensez qu’après un abandon de poste, votre employeur va tout de suite vous licencier ? Ce n’est pas le cas. Il risque de s’écouler un laps de temps plus ou moins important entre votre absence et la décision finale de l’employeur. Vous devrez donc avoir à lui verser des dommages et intérêts pour préjudice subi.

Quelles sont les alternatives ? 

Plusieurs raisons peuvent vous pousser à opter pour un abandon de poste afin de rompre votre contrat de travail. Toutefois, cela constitue une faute grave pouvant provoquer une procédure disciplinaire et le paiement de dommages et intérêts pour la société. 

Néanmoins, il est conseillé de tenter une approche beaucoup plus diplomatique dans le cadre de la rupture du contrat de travail et de mieux négocier votre départ :

  • Envoyer une lettre de démission avec une dispense de préavis ;
  • Signer la rupture conventionnelle.

Et si vous désirez quitter votre emploi car vos droits n’ont pas été respectés, vous pouvez entamer une prise d’acte de la rupture du contrat de travail, aux tors de l’employeurs

(à lire aussi : Utiliser Indeed pour trouver un emploi). Dans ce cas, vous saisirez le conseil Prud hommes après avoir quitté votre poste.

Quelle est la procédure en cas de licenciement pour abandon de poste ?

L’absence injustifiée : Pas forcément un abandon de poste

Un salarié absent sans pour autant avoir prévenu l’entreprise n’abandonne pas forcément son poste. Avant de songer au pire et de le sanctionner, l’employé doit rechercher une cause réelle et sérieuse et doit tenter de joindre le salarié.

Un employé hospitalisé par exemple, peut être dans l’incapacité de prévenir l’employeur et verra l’absence être qualifiée d’un arrêt maladie. La première étape consiste donc en la recherche d’une cause réelle et sérieuse avant de proclamer une sanction disciplinaire et d’entamer un entretien préalable au licenciement.

Une mise en demeure et un entretien préalable pour licenciement pour faute grave

Sans retour de la part du salarié, l’employeur doit lui remettre une mise en demeure, lui imposant de reprendre son poste ou de justifier son absence. Cela se fait par courrier avec accusé de réception. Ce courrier doit être signé par l’employeur et justifier un licenciement ou une mise à pied.

Ce n’est qu’après cela que l’employeur pourra entamer la convocation du salarié pour un entretien préalable, dans le but de licencier ou de discuter d’une éventuelle sanction. (à lire aussi : tout savoir sur le pse : Plan de Sauvegarde de l’Emploi)

Le cas de licenciement pour faute grave

La rupture du contrat de travail pour abandon de poste est perçue comme un licenciement pour faute grave car le salarié a manqué à ses obligations de respecter son contrat de travail. Mais en cas de litige, le conseil des Prud’hommes est apte à valider ou non la présence d’une faute grave. Afin qu’elle soit effective, l’employeur doit prouver que l’abandon de poste a impacté sur l’entreprise. Dans le cas inverse, le motif de licenciement (selon le droit du travail) peut être requalifié en faute simple.