Comment calculer l’amortissement de votre entreprise ?

Comment_calculer_l_amortissement_de_votre_entreprise_?
Sommaire

L’amortissement en quelques lignes

Qu’est-ce qu’un amortissement ?

L’amortissement est le fait de constater la perte de valeur d’un bien d’une entreprise subie pour cause d’usure, sur son temps d’utilisation et son obsolescence. L’amortissement permet de répartir le montant d’une immobilisation sur sa durée d’emploi. Les actifs d’une firme sont enregistrés au bilan pour leur valeur nette comptable, c’est- à- dire leur valeur d’achat d’origine.

Néanmoins, cette valeur n’est plus la même pour les années suivantes, étant donné que les actifs perdent peu à peu leur valeur au fur et à mesure du temps. L’amortissement permet donc de reconnaître, chaque année, la perte de valeur de la valeur de base. L’amortissement inscrit chaque année se déduit du bénéfice du contribuable.

Quel est son but pour votre entreprise ?

l’amortissement a pour objectif de constituer progressivement un montant qui servira peut-être à acquérir de nouveaux actifs afin de remplacer les anciens actifs usés ou encore  obsolètes.

L’amortissement permet donc à la société de composer un capital afin de remplacer les immobilisations amorties. Il est tout à fait possible d’amortir toutes les immobilisations corporelles ou biens physiques et quelques immobilisations incorporelles.

Calcul de l’amortissement

Comment calculer l’amortissement ?

Le taux d’amortissement se calcule par deux méthodes : l’amortissement linéaire ou l’amortissement dégressif.

  1. L’amortissement linéaire

L’amortissement linéaire répartit la valeur d’un bien sur sa durée d’utilité de manière tout à fait égale. Pour faire le calcul de cet amortissement, voici comment calculer le taux :

  • Le taux d’amortissement linéaire est égal à 1 divisé par la durée d’usage d’amortissement.
  • Si on prend l’exemple d’une voiture achetée à 20 000 € HT et amortie pendant 10 années. Le taux d’amortissement est alors 1 divisé par 10, donc égal à 10 %.
  • L’amortissement du bien peut se calculer par la valeur brute du véhicule multiplié par le taux d’amortissement, soit 20 000 x 10 % = 2 000 € HT.
  • La différence entre la valeur du véhicule lors de l’achat et l’amortissement comptable correspond à la valeur nette comptable ou VNC, soit 20000-2000 = 18 000 €. C’est ce que le véhicule vaut, sur le plan comptable, pendant la première année de sa durée de vie.
  1. L’amortissement dégressif

Celui-ci n’est applicable qu’uniquement sur des biens neufs et ayant une durée de vie minimum à 3 ans. Le coût des annuités est décroissant pour la méthode de calcul de l’amortissement dégressif. Dans ce cadre, le taux se calcule de cette façon :

  • Taux d’amortissement dégressif (1 divisé par la durée d’utilisation), puis le tout multiplié par le coefficient dégressif.
  • Il faut aussi mentionner que le taux d’amortissement dégressif change en taux d’amortissement linéaire, si et seulement si, le taux d’amortissement linéaire devient supérieur au taux d’amortissement dégressif.
  • Le coefficient dégressif varie donc en fonction de la durée de vie du bien.
  • Si la durée d’utilisation du bien est de 2 à 4 ans, le coefficient dégressif est à 1.25.

Si la durée d’utilisation du bien est de 5 à 6 ans, le coefficient dégressif est à 1.75.

Et enfin, si cette dernière est de plus de 6 ans, le coefficient dégressif est à 2.25.

  • En prenant l’exemple d’un ordinateur qui s’étend à un prix de 2 000 €, et sa durée d’utilisation est de 4 ans. Le calcul du taux d’amortissement se calcule comme suit : (1/4) x 1.25, soit égal à 31.25 %.
  • Puis, l’amortissement dégressif se calcule comme suit : Pendant la première année : 2 000 x 31.25 % = 625 €. Puis ainsi de suite jusqu’à arriver à une valeur nette comptable égale à 0 à la fin du tableau d’amortissement. Dans le cas de notre exemple, au bout de 4 ans.

L’amortissement linéaire ou l’amortissement dégressif ?

Ces deux méthodes de calcul sont tout aussi possibles pour calculer l’amortissement des biens d’une entreprise. L’une permet de savoir la dépréciation des biens de façon constante et également d’améliorer le résultat de l’entreprise les premières années. Tandis que l’autre permet de réduire le coût de l’imposition. Par conséquent, l’une comme l’autre sont toutes deux importantes et chacune bien définis.

Criteres pour etre amortissable ou non

Quels sont les critères de base ?

Une immobilisation est amortissable lorsque l’utilisation faite par l’entreprise est définissable et bien sûr avec une durée de temps limitée. Cela s’évalue particulièrement par l’élaboration de flux d’une entreprise.

En théorie , la totalité des immobilisations corporelles sont amortissables, mis à part les terrains et les œuvres  d’art. Les immos amortissables sont :

  • Les constructions, l’agencement et les installations générales.
  • Les outillages ainsi que les matériels industriels.
  • Les matériels de transport ainsi que les matériels de bureau et informatique.
  • Tous les mobiliers.

Quels sont les critères importants ?

Quelques immobilisations incorporelles sont également amortissables tels que :

  • Les brevets d’interventions et les licences.
  • Les coûts de développement ainsi que les logiciels.
  • Les sites internet et l’amortissement du fonds de commerce, sous certaines conditions.

Il est aussi important de savoir que les immobilisations financières ne sont absolument pas amortissables.