REFLEXION

ZAALANE ET EL-GHAZI A LA BARRE : Yousfi et le fils de l’ex-ministre El-Ghazi en prison

Trois anciens ministres ont été convoqués ce dimanche à la barre dans des affaires de corruption, d’abus de fonction et de dilapidation des deniers publics.



L’ancien ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi, ainsi que le fils l’ancien ministre El-Ghazi ont été placés, en détention provisoire par le juge enquêteur, et les deux autres anciens ministres Zaalane et El-Ghazi sont toujours sous enquête. Auditionné dans le cadre de l’affaire de l’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia et de l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout, l’ancien ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi, a été placé, ce dimanche 14 juillet, en détention provisoire par le juge enquêteur de la cour suprême. Poursuivis pour des soupçons de corruption, l’ancien ministre des travaux publics Abdelghani Zaalane et l’ancien ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale (2014-2017), ainsi que son fils ont comparu ce dimanche devant le juge d’instruction près le tribunal de Chéraga. Ainsi, l’ancien ministre Mohamed El-Ghazi et son fils ont été entendus par le Procureur de la République près le tribunal de Cheraga, dans le cadre d’une enquête concernant des soupçons de corruption, d’abus de fonction et de dilapidation des deniers publics. Le fils de l’ancien ministre du Travail, Mohamed El-Ghazi, a été placé, dimanche 14 juillet 2019, en détention provisoire par le juge d’instruction près le tribunal de Chéraga. Le fils d’El-Ghazi est poursuivi dans des affaires de corruption. Il sera, donc, transféré à la prison de Koléa, dans la wilaya de Tipaza. L’ancien ministre du travail , ancien wali d’Annaba (2008-2013), de Chlef (2001-2008) et de Constantine (1995-1998), serait également poursuivis dans des affaires de foncier au niveau de la wilaya d’Annaba. Ce dernier, serait responsable de l’attribution d’une zone humide de plusieurs hectares, appelée «la Bedjema», à l’entrée de la ville d’Annaba, qui a été attribuée, dans le cadre du Calpiref, durant son mandat de wali d’Annaba en 2013 à des investisseurs dans des conditions douteuses. Ainsi que l’achat en pleine crise financière par la CNAS, qui dépendait de son département ministériel d’un immeuble à Alger pour la somme de 600 milliards de centimes en 2016, date où il était ministre de travail.

Nadine
Dimanche 14 Juillet 2019 - 17:48
Lu 2428 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 16-12-2019.pdf
3.86 Mo - 15/12/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+