REFLEXION

Yennayer, une date… Un fait



Chaque veille du 12 janvier, plusieurs familles de différentes régions du pays d’Est en Ouest, du Nord au Sud célèbrent Yennayer, le nouvel an berbère. A travers toutes les régions, cet événement est célébré de manière identique. Les familles achètent des coqs de préférence élevés aux grains qu’elles égorgent pour marquer l’événement, une pratique ancestrale qui remonte à plusieurs siècles. Il ya 2954 ans soit 954 avant J.C., le berbère Chachnaq 1er s’empare du Delta du Nil et fonda la 22ème dynastie Berbère. Avant, il existait une situation conflictuelle à la frontière Est de la Libye marquée par des guerres qui opposaient les Amazigh aux Pharaons. A chaque fois les tribus amazighes réussirent à vaincre l’armée égyptienne et à s’installer sur son propre territoire. Après les dures épreuves de guerres sanglantes que les deux peuples ont subies, ces derniers décidèrent de mettre fin à ces conflits. Pour fêter cela, ils ont sacrifié des coqs. Depuis cette date est devenue une référence pour les peuples berbères qui en ont fait le premier jour du calendrier des Imazighène. Etant donné que cette date du 1er Yennayer qui coïncide avec le 12 janvier de chaque année, intervient au moment de la fin de la campagne labours-semailles, qui coïncide également avec le moment où commencent à s’épuiser les réserves alimentaires, elle est célébrée à grande échelle. A cette occasion, tout le monde est autour d’un grand couscous traditionnel à l’huile d’olive plein de morceaux de poulets de ferme, etc… Certes, aujourd’hui les raisons ne sont plus de mise pour célébrer cette date. Elle est célébrée uniquement par le nouvel an berbère comme on célèbre le 1er  Janvier et Awel Mouharam. Cette célébration, prend de plus en plus d’ampleur et ce, à travers tout le pays, chose qui démontre que la population algérienne a un fond commun : c’est l’amazighité. Mieux, plusieurs associations organisations et mouvements qui œuvrent pour la réhabilitation de l’identité berbère interpellent souvent les autorités du pays à faire du 1er  Yennayer qui coïncide avec le 12 janvier une journée fériée chômée et payée au même titre que le 1er janvier et Awel Mouharam. Ces interpellations trouveront-elles écho de la part des pouvoirs publics et de l’Etat ? L’avenir à lui seul nous le dira.

Réflexion
Mercredi 11 Janvier 2012 - 11:01
Lu 552 fois
Edito
               Partager Partager

Dans la même rubrique:
1 2 3 4 5 » ... 230

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 08-12-2019.pdf
3.51 Mo - 07/12/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+